Une question ? Nous sommes là pour ça
On vous rappelle rapidement
Suivez FANVOICE simplement
Open

New York Times : Le célèbre journal utilise le crowdsourcing pour archiver ses publicités vintages

Fanny Bouisse
Date de création :
Partager sur:

Se rendre sur la nouvelle plateforme participative d’archives digitales proposée par le New York Times, c’est comme faire un bond dans le passé !

Madison crowdsourced campaign by New York Times

Le New York Times a plus de 150 ans d’existence, ses archives sont donc très nombreuses. Et même si, lorsqu’on évoque cette masse de données, on pense d’abord aux articles, il s’avère que les publicités sont aussi un excellent moyen de comprendre l’histoire. D’après Alexis Lloyd, directrice créative au sein du laboratoire de Recherche et Développement du New York Times, « Cela invite les gens à observer une part importante de notre histoire culturelle ». C’est dans cette optique que l’entreprise a décidé de lancer une plateforme d’archives digitales, identifiant toutes les publicités vintages éditées durant l’histoire du journal.

Appelée Madison, en référence à la très célèbre MADISON AVENUE, berceau des plus anciennes agences publicitaires new-yorkaises, cette base d’archives réunit les éditions quotidiennes des journaux des années 60. Mais scanner des milliers d’archives est un travail titanesque. Pour faciliter et accélérer la démarche, le journal a décidé de s’appuyer sur les techniques du crowdsourcing et de faire appel aux lecteurs.

L’initiative s’est inspirée d’une plateforme similaire, « Time’s Machine », où les utilisateurs pouvaient retrouver les versions numérisées de vieux journaux imprimés. Avec « Madison », le New York Times invite ses lecteurs à faire plus que regarder les publicités, en passant au crible les annonces, en les identifiant et même en transcrivant leur texte !

La plateforme Madison invite les lecteurs du journal à explorer le passé à travers la publicité. En effet, il s’est avéré qu’une contribution humaine était nécessaire au décryptage des publicités. Puisque les logiciels automatiques déjà existants ne permettent pas de préciser de façon concluante si les éléments d’une page sont des annonces publicitaires et ce qu’ils promeuvent, car ces publicités ne contiennent pas de métadata (le nom de la société, la catégorie de produit, le texte publicitaire…).

L’utilisation se déroule de la façon suivante : lorsque les lecteurs visitent « Madison », ils parcourent des pages du New York Times parmi une sélection aléatoire issue des années 60. Ce que les éditeurs pensent être des publicités est mis en avant tout au long de ces pages et il est demandé aux lecteurs de sélectionner un des choix qui leur sont proposés:

Captcha from crowdsourced campaign by new york times

– FIND : Indiquer simplement si la zone mise en avant est une publicité, plusieurs publicités ou pas une publicité du tout.

– TAG : Les lecteurs entrent le nom de la société qui a créé l’annonce.

– TRANSCRIBE : les lecteurs les plus impliqués prennent le temps de transcrire le texte de l’annonce.

Afin de rendre la démarche plus attrayante pour les participants, Madison permet à ces derniers d’observer leurs progrès en temps réel grâce à un petit compteur et même d’obtenir des titres après avoir complété plusieurs étapes telles que : « jeune chercheur », « chercheur novice », « chercheur confirmé »…Quant à ceux qui participent pour le plaisir de voir ou de revoir de belles images issues de l’âge d’or de la publicité, il est également possible de placer dans les favoris certaines de leurs annonces préférées.

Une fois qu’une quantité suffisante de données auront été recueillies au sujet des années 60, ce sera au tour d’une autre décennie de publicités de faire l’objet d’une contribution des lecteurs. Les années 60 ont été choisies par le New York Times comme décennie d’inauguration en raison du grand succès rencontré par la série « Mad Men » qui traite de l’industrie publicitaire à cette époque.

Mad men crowdsourcing Madison campaign

Le New York Times a lancé un appel à l’aide aux bénévoles qui accepteront de se pencher sur les publicités contenues dans les éditions des journaux des années 60. L’énorme base de données qui en résultera sera accessible aux historiens et au public. Les contributions aideront les recherches et différents projets à l’intérieur comme à l’extérieur du New York Times pour les années à venir.

Au-delà de renforcer la fidélité de ses lecteurs en leur permettant de découvrir et de participer à l’observation des archives du célèbre journal, la plateforme Madison pourrait être impliquée dans le service des ventes publicitaire du Times. D’après Mme Lloyd, un des résultats possibles à l’issue de cet archivage serait peut- être de construire de nouveaux produits publicitaires. Refusant de rentrer dans les détails, cette dernière admet tout de même que « Les marques sont clairement très intéressées par leur propre histoire ».

En parallèle, les éditeurs du New York Times ont aussi créé une plateforme modulable, flexible et de type open source afin de développer leurs futurs projets et outils de crowdsourcing.

Vintage ads from madison crowdsourcing NYT campaign

Rejoignez les marques connectées à leurs clients et collaborateurs

Nous sommes à votre disposition pour échanger sur notre univers des communautés

Newsletter

Suivez les actus des communautés clients et les actus FANVOICE via notre newsletter.