Archives du mot-clé crédit agricole

La banque verte capitalise sur l’intelligence collective

Crédita agricole - Fanvoice

Le Crédit agricole est le plus grand réseau de banques coopératives et mutualistes au monde. En France, le réseau est composé de 39 caisses, réparties sur tout le territoire. C’est vous laisser imaginer le nombre de collaborateurs et de clients que cela représente !

Alors pour réunir tout ce petit monde, la « Banque Verte » a lancé il y a maintenant un peu plus de 4 ans, une plateforme collaborative en ligne : le CA LAB, où chacun est invité à venir s’exprimer. 

 

1. Un marché bancaire en mutation

Depuis plus d’une décennie, les banques traditionnelles investissent dans la digitalisation des parcours clients et des outils. Ces grands projets de transformation digitale ont été motivés par plusieurs facteurs : l’évolution des usages clients d’une part ; l’arrivée des banques en ligne adossées à de grands groupes et plus récemment la percée des néo-banques, d’autre part.

Par conséquent, la digitalisation des parcours clients n’est plus un élément différenciant, et les enjeux portent maintenant sur l’innovation des usages et la valeur client perçue.  L’innovation doit permettre au client d’obtenir de l’autonomie dans ses tâches quotidiennes en simplifiant ses démarches et de bénéficier de conseils personnalisés.  Les clients veulent avoir accès aux services bancaires aussi facilement qu’ils le peuvent avec des applications de type Uber, Spotify ou Deliveroo.

C’est dans ces écosystèmes d’innovation, ouverts et collaboratifs, que de nouveaux services peuvent être imaginés, en adéquation avec les révolutions des comportements.

L’open innovation permet d’adopter alors un regard distancié, plus ouvert.

Une approche collaborative rendue possible par les plateformes de co-création digitales.

 

2. L’écoute client et la co-création au coeur de la stratégie du Crédit Agricole

La” voix Client” avec un grand C (car on parle ici autant du client final que du collaborateur et même d’autres publics) est un élément d’importance pour le Crédit Agricole. Comprendre les attentes et les besoins des clients a toujours été un moteur pour la banque. Il a ainsi été tout naturel pour le Crédit Agricole, de proposer une plateforme collaborative qui permette de réaliser des brainstormings géants. Cette démarche aussi appelée « crowdstorming » outre Manche, permet de recueillir des centaines et parfois même des milliers d’idées d’améliorations et d’innovations, permettant même de tester des concepts qui pourraient demain être proposés en région. Cette plateforme collaborative offre ainsi l’opportunité aux 39 caisses régionales de se lancer dans le grand bain de la co-création.

Alors 4 ans d’approche collaborative soutenue sur une plateforme, ça donne quoi en termes de résultats ? C’est la question qu’on a posée lors du FANVOICE DAY à Elodie de Bonnafos, Marketing Research Analyst chez Crédit Agricole S.A et Christophe Cointe, responsable de l’animation de la relation client également chez Crédit agricole S.A (retrouvez ici le replay de la conférence : https://bit.ly/3n5kabg).

En 4 ans de co-création cette démarche communautaire (https://www.ca-lab.fr) a séduit 20 caisses régionales et entités du groupe. Avec 51 projets collaboratifs au compteur, ce sont ainsi plus de 14 000 personnes (sociétaires, clients, collaborateurs, prospects, …) qui ont partagé des idées, qui ont posté des commentaires, et qui ont répondu aux questions qui leur ont été posées.

Une matière inestimable pour la banque qui compte aujourd’hui quelques 30 000 idées et commentaires autour de thématiques aussi variées qu’inclusives, dont on vous propose de d’en découvrir certaines.

 

  • Engager une cible de Millenials dans un projet de co-création pour imaginer la banque de demain et gagner en proximité avec la cible

Crédit Agricole - Fanvoice

Engager une cible de Millenials dans un projet de co-création pour imaginer la banque de demain : c’est le pari qu’ont fait les caisses régionales Languedoc et Bretagne du Crédit Agricole. Les résultats sont sans appel : plus de 3500 idées récoltées en Languedoc et plus de 3600 en Bretagne. Les 18-30 sont bien au rendez-vous ! Les millenials sont plus que jamais près à co-créer… (https://www.ca-lab.fr/languedoc/votre-avis)

L’appel à idées lancé par la Banque verte a été construit autour d’un énoncé simple et engageant : “Tout ce que vous avez toujours eu envie de nous dire…”. Cette invitation à s’exprimer sans filtre a été particulièrement appréciée puisque 1600 jeunes entre 18 et 30 ans ont été rassemblés dans ce crowdstorming inédit.

Les taux de contribution de plus de 80% prouvent leur engagement : les personnes inscrites s’expriment, donner son avis pour une marque fait partie de leurs usages (ou aspirations).

Le “community manager” de la marque (bien souvent un opérationnel chargé d’étudier les nouvelles attentes des publics adressés), invite les participants à préciser leurs réponses ou à véritablement aller au bout de leurs suggestions, même si certaines pourraient paraître désagréables à lire à première vue (mais toujours dans le respect de la marque). Le fait que le sujet soit posé d’emblée et que les conversations soient cadrées et transparentes sont un gage de qualité. C’est ce qui fait toute la différence d’avec un Facebook ou un Twitter.

Un point remarquable dans ces campagnes de co-création est la dimension conversationnelle, c’est-à-dire les échanges démultipliés qui se font en commentaires et qui illustrent l’aisance de cette cible rompue aux réseaux sociaux. Avec plus de 3 000 commentaires déposés sur la plateforme, c’est aussi au cœur des conversations que les attentes et frustrations peuvent être comprises. Le dialogue, s’il s’instaure entre la marque et les participants, s’instaure également entre participants, créant un véritable sentiment communautaire, toujours constructif, et bien souvent favorable à la marque : loin de se contenter de simples critiques, les clients comparent leurs points de vue dans un espace où la marque peut voir les discussions et s’y intégrer légitimement.

 

  • Des Focus group en ligne pour palier l’effet de distanciation engendrée par la crise sanitaire

La crise sanitaire est passée par là, posant la question de la continuité des activités, des

projets et des études, tout particulièrement qualitatives. L’ESOMAR (Association européenne pour les études d’opinion et de marketing) dresse un constat sans appel : il est fondamental de privilégier la virtualisation des entretiens.

Dès lors, certaines marques se demandent où encore glaner de nouvelles idées, alors que d’autres usent de la situation pour initier ou tout simplement prolonger la dynamique conversationnelle déjà engagée sous le prisme de la co-création.

Le Crédit Agricole du Nord Est est une entreprise créatrice de liens, partenaire de confiance de ses clients, utile à ses territoires, grâce à l’engagement de tous, collaborateurs et administrateurs.

Avec sa démarche de co-construction, sur la plateforme participative du Crédit Agricole (le CA LAB), le Crédit Agricole Nord Est invite ses collaborateurs à être auteur des idées de demain.

Une démarche pensée en appui d’entretiens individuels en temps normal, qui aujourd’hui et compte-tenu de la situation, permet de pallier la situation de distanciation sans pour autant compromettre le projet.

Crédit Agricole - Fanvoice

Et la démarche séduit, car depuis son ouverture il y a quelques semaines, plusieurs centaines de collaborateurs se sont prêtés à l’exercice, postant ainsi plus de 1 110 idées et commentaires.

Une plateforme, des dizaines d’entités, et tout autant de stratégies : c’est tout le champ des possibles des démarches collaboratives en ligne qui n’ont jamais eu autant de sens qu’aujourd’hui. Proximité, ludisme, simplicité, … les bénéfices sont multiples tant pour les marques que pour les utilisateurs, de plus en plus nombreux à sauter le pas.

Matthieu Chatellier - Fanvoice

FacebookTwitterGoogle+Partager

Quand la covid vient chambouler les méthodes ancestrales d’études

COVID - Fanvoice

Pour réduire les risques de transmission du virus Covid-19, les services de santé tapent du poing sur la table et appellent chacun à appliquer les gestes barrières et à éviter autant que possible les rassemblements. C’est tout notre quotidien qui se voit chambouler, tous les marchés sont par conséquent impactés, y compris le secteur des études de marché. Les Focus Group jusqu’ici largement plébiscités des marques se font de plus en plus timides. Les préoccupations des entreprises n’en demeurent pas moins palpables. Et pour cause, dans un environnement exceptionnel et anxiogène comme celui-ci, il est primordial d’appréhender au plus vite les besoins de ses collaborateurs et de ses consommateurs. L’intelligence collective en ligne tend à se développer, favorisant l’insight fiable, rapide et précis dans une ère de distanciation qui relève du jamais vu. 

 

L’IMPACT DE LA SITUATION SANITAIRE SUR LES ÉTUDES 

Il est déjà loin le temps où derrière sa glace sans tain, Eric lâchait un long soupir en sirotant son café que lui offraient les deux chargés d’études l’accompagnant sur ce projet « quali ». Un soupir qui en réalité traduisait l’expression d’un désespoir, d’un pressenti qu’il avait sur sa nouvelle offre qui ne tourne manifestement pas rond. Et cette fois-ci plus de doute, puisque c’est ce qui sortait de la bouche des 10 « consos » réunis un vendredi matin 11 heures pour échanger tous ensemble autour de ce sujet si cher pour lui. C’était finalement un peu cela les Focus Group, communément appelés « tables rondes » ou bien encore « groupe quali ». Ces méthodes d’enquêtes qui datent depuis plus de trente ans, privilégiées en amont d’un volet d’étude quantitative par certains, en complément d’une enquête quantitative (questionnaire administré en ligne, par téléphone et parfois même en présentiel) pour d’autres : une guéguerre opposant deux camps, on ne sait pas trop pourquoi d’ailleurs…

Puis la crise sanitaire est passée par là, posant la question de la continuité des activités, des projets et des études, tout particulièrement qualitatives. L’ESOMAR (Association européenne pour les études d’opinion et de marketing) dresse un constat sans appel : il est fondamental de privilégier la virtualisation des entretiens.

Dès lors, certaines marques se demandent où encore glaner de nouvelles idées, alors que d’autres usent de la situation pour initier ou tout simplement prolonger la dynamique conversationnelle déjà engagée sous le prisme de la co-création.

 

LA CO-CRÉATION : UNE STRATÉGIE PAYANTE POUR AMÉLIORER LA CONNAISSANCE CLIENT

La co-création compte de nombreux avantages pour les marques. D’abord, elle impacte directement les pratiques et les processus d’innovation plus traditionnels. En effet, elle remet en cause les processus créatifs en externalisant la partie génération d’idées par exemple. Les propositions généralement faites en interne proviennent de l’extérieur stimulant ainsi la créativité.

Cette méthode peut améliorer les connaissances que la marque a de ses clients. Grâces aux interactions générées avec les parties prenantes, les marques ont dès lors la possibilité de comprendre les réels besoins de leurs cibles. Une approche rendue possible en ligne, contournant de fait toute distanciation, et la multiplication des participants à grande échelle.

 

LA CO-CRÉATION : UNE CONJUGAISON DE MÉTHODOLOGIES 

L’objectif du quantitatif est celui de la mesure alors que le qualitatif s’intéresserait aux processus. En conséquence, le quantitatif viserait les tests statistiques « confirmatoires » et le qualitatif les procédures « exploratoires ». En somme, le but du quantitatif serait de mesurer un phénomène et celui du qualitatif de comprendre son sens.  Mais pourquoi se priver d’une approche à double prisme qui permet d’explorer et comprendre une dynamique tout en la quantifiant et en la mesurant ?

C’est justement ce que permettent les projets de co-création en ligne, articulés dans une approche méthodologique hybride et itérative : faisant ainsi cohabiter qualitatif et quantitatif et cela durant plusieurs semaines.

COVID - FanvoiceProjet collaboratif de la Caisse d’Epargne LOIRE-CENTRE sur le site Fanvoice.com

https://www.fanvoice.com/fr/caisse-epargne/confiance-fidelite/

En témoigne la capture d’écran ci-dessus d’une partie d’un projet collaboratif, les projets de co-création permettent au sein d’un seul et même réceptacle dédié à une marque ou une problématique de poser des questions sous deux angles. L’un très spontané, relevant de l’approche qualitative. C’est ici toute la spontanéité du participant qui prime. Et pour l’orienter ou bien l’inspirer, des thématiques sont posées noir sur blanc, sur lesquelles l’internaute peut au kilomètre poster ses idées, ses suggestions ou bien encore ses retours d’expérience. Cette rubrique vient en définitive remplacer le guide d’entretien du qualitativiste permettant d’animer sa session. Et pour les plus sceptiques de l’auto-administration en ligne, la fonctionnalité de community management existe. Ainsi, le porteur du projet peut en temps réel poser des questions à sa communauté, impulser une dynamique conversationnelle, ou même gagner en granularité quant aux retours déjà partagés en ligne.

Un sondage qui permet de poser des questions plus guidées est par ailleurs proposé. Réponses avec des échelles numériques, des échelles sémantiques, batteries d’item détaillés, question ouverte, grid, side by side (une image vs une autre image) ; tous les ingrédients sont ici réunis pour réaliser un sondage tel qu’on peut le retrouver dans une étude Ad Hoc.

La co-création ouvre ainsi la voie à une démarche globale dans les études marketing. Aux workshops et focus groups réalisés en présentiel s’ajoutent désormais les communautés en ligne tel un socle supportant d’autres méthodes de recueil de données. Questionnaires et enquêtes de satisfaction en ligne de mire, cette occasion d’alternance fait des émules côté instituts d’études.

 

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE COUPLÉE LA DATA VISUALISATION AU SERVICE DES ENSEIGNEMENTS

Manager un projet de co-création sur plusieurs semaines requiert de pouvoir suivre précisément son évolution, mais aussi les réponses aux questions qui en découlent. Une console de back-office permet ainsi le tracking précis de tous ces indicateurs, ainsi que l’export d’histogrammes des résultats consolidés issus du quantitatif. Une manière efficace d’apprendre en temps réel pour agir vite et en conséquence.

L’algorithme d’analyse sémantique et statistiques de FANVOICE permet par ailleurs d’être agile dans la manière d’exploiter les données, ce qui accélère le processus de production d’insights, qui plus est lorsqu’ils sont nombreux (en découlent parfois des milliers de verbatims). Il représente un gain de temps considérable pour le traitement des données par rapport à un usage hier encore manuel.

 

LA CO-CRÉATION : UNE APPROCHE PLÉBISCITÉE PAR LE CRÉDIT AGRICOLE, EN RELAI DES FOCUS GROUP 

Le Crédit Agricole du Nord Est est une entreprise créatrice de liens, partenaire de confiance de ses clients, utile à ses territoires, grâce à l’engagement de tous, collaborateurs et administrateurs.

Avec sa démarche de co-construction, sur la plateforme participative du Crédit Agricole (le CA LAB), le Crédit Agricole Nord Est invite ses collaborateurs à être auteur des idées de demain.

Une démarche pensée en appui d’entretiens individuels en temps normal, qui aujourd’hui et compte-tenu de la situation, permet de pallier la situation de distanciation sans pour autant compromettre le projet.

COVID - Fanvoice

Et la démarche séduit, car depuis son ouverture il y a quelques semaines, plusieurs centaines de collaborateurs se sont prêtés à l’exercice, postant ainsi près de 800 idées et commentaires.

La co-création et l’intelligence collective online ont pour ainsi dire le vent en poupe. Elles permettent notamment de dépasser les clivages quali/quanti, au service d’une écoute client et collaborateurs plus juste et plus réactive.

 

Matthieu Châtellier - Fanvoice

SAVE THE DATE : notre FANVOICE DAY aura lieu le 26 novembre 2020 / event 100% digital

Le FANVOICE DAY, c’est une journée de présentations, de témoignages et d’échanges autour de la co-création et l’intelligence collective. Crise sanitaire oblige, nous choisissons un format 100% digital qui nous garantit plus de flexibilité. 

 

Le FANVOICE DAY c’est pour qui ?

Cette journée s’adresse à tous nos clients et partenaires ainsi qu’à tous ceux intéressés par la co-création et l’intelligence collective. Alors SAVE THE DATE ! Le programme détaillé arrive bientôt, mais découvrez ci-dessous ceux qui ont déjà répondu présent pour témoigner à nos côtés :

FANVOICE DAY

Le principe du FANVOICE DAY

> 1 journée 100% digitale d’échanges et de convivialité, 

> 10 intervenants qui partagent leurs retours d’expérience lors de webinars live, 

> 4 webinars ouverts à tous, avec un temps de questions / réponses, 

> 2 webinars réservés à nos clients et partenaires pour des échanges VIP, 

> 2 webinars de l’équipe FANVOICE qui vous présente les nouveautés logiciel, 

> la possibilité de prendre RDV en amont de l’event avec nos clients pour des échanges en one to one et des réponses garanties à toutes vos questions ! 

 

 

Les communautés internes au service de la stratégie et de l’efficacité des entreprises

communautés internes - Fanvoice

Les grèves liées à la réforme des retraites suivies d’une crise sanitaire sans précédent ont bouleversé la manière de travailler au sein des entreprises. Le télétravail forcé, pour lequel tout le monde n’était pas préparé et outillé de la même façon, perturbe les interactions au sein des entreprises. Une situation à risque tant pour les collaborateurs, dont l’équilibre psychosocial se voit fortement chahuté, que pour les entreprises qui doivent agir rapidement.

Les modes de fonctionnement au quotidien et les méthodes de management s’ajustent. Les approches collaboratives se multiplient afin de répondre au mieux aux enjeux. Nous vous proposons de découvrir à travers cet article les bénéfices de telles approches tant en période de crise qu’à plus long terme, avec certains exemples d’entreprises qui ont su développer de façon pérenne leurs communautés internes.

 

 

ENJEU 1 : PRÉSERVER SES SALARIÉS EN RESTANT ATTENTIF À EUX

Une récente étude réalisée pour Deskeo durant la période du 19 au 24 mars 2020, et relayée par le journal Le Progrès, met en lumière les nombreuses conséquences du confinement sur le moral des salariés et collaborateurs. On peut ainsi y lire que 76% des Français se disent mal à l’aise chez eux, regrettant ainsi leur bureau.

À défaut de pouvoir instantanément améliorer leur confort à distance, il est primordial pour les entreprises de garder un contact avec leurs collaborateurs. Et cela doit se faire bien au-delà des discussions en ligne, des séries de mails et des sessions de web conférences largement utilisées ces derniers temps. De nombreux salariés à distance sont par ailleurs contraints de gérer des problématiques externes à leur cadre professionnel, et spécifiques à ce contexte de crise (garde d’enfants, maladie de certains membres de la famille, …). Ce qui ajoute de la complexité et de la tension. Pour répondre au sentiment d’éloignement et à cette tension, l’employeur peut proposer écoute et bienveillance via des outils digitaux ad hoc.  

 

ENJEU 2 : DONNER DU SENS AU TRAVAIL ET AU PROJET D’ENTREPRISE

Maintenir l’engagement de ses salariés représente un véritable défi pour les entreprises. Car l’engagement des salariés pour une entreprise est une source de performance importante. Quand les employés se sentent bien, écoutés et valorisés, il y a de grandes chances que cela se reflète dans l’expérience des clients finaux. Un cercle vertueux se met alors en place.

 

ENJEU 3 : RENFORCER LE DIALOGUE SOCIAL DANS UN ENVIRONNEMENT INCERTAIN

Télétravail, chômage, activité partielle, gel des budgets et des recrutements, diminution des salaires, … le monde du travail est sous tension. Apporter des réponses aux salariés pour contrer l’incertitude est nécessaire. Face à la situation actuelle, le gouvernement est très clair sur le sujet : « à situation exceptionnelle, moyens de dialogue renforcés ». Par conséquent, il est primordial que l’employeur s’adapte pour maintenir le dialogue social et mettre ainsi en place rapidement des moyens d’alerte et de remontées d’informations. Il s’agit de véritablement mettre le numérique au service du dialogue social.

Les communautés internes constituent très clairement une réponse à cet enjeu majeur. Au-delà de la gestion actuelle de la situation, cette dynamique de dialogue social renforcé devrait constituer un atout majeur lorsqu’il s’agira de traiter les effets à moyen et long terme. 

 

SOLUTION 1 : FACILITER LES REMONTÉES D’EXPÉRIENCES

Un dispositif de remontée d’expériences, à l’image du projet collaboratif adressé sur Fanvoice.com va permettre à chacun de « vider son sac ». Une manière ludique de renouer le contact, de montrer à tous qu’on est « dans le même bateau ». Certains vont s’en amuser et rebondir sur les idées dans le but de converser, d’autres vont livrer leurs bonnes pratiques tant en matière d’organisation, que de gestion du temps, ou de responsabilisation des enfants par exemple.

communautés internes - Fanvoice

Autant d’échanges qui vont encourager les membres et qui vont permettre d’insuffler, à distance, une dynamique de groupe, un esprit d’équipe, de soutien et de bienveillance.

C’est par exemple ce que réalise en ce moment même la Banque Populaire du Sud sur la plateforme collaborative LE WOK (le site communautaire imaginé à l’initiative de la Fédération Nationale des Banque Populaire et qui rassemble des sociétaires, clients, collaborateurs autours de divers sujets). Le projet collaboratif est libellé « SPÉCIAL CONFINEMENT : Prise de température ». Le jeu de mot peut faire sourire mais témoigne néanmoins de toute la bienveillance de « l’employeur » à l’égard de ses équipes, invitées à partager leurs retours d’expériences pour vivre plus sereinement le confinement.

communautés internes - Fanvoice

FM LOGISTIC (entreprise logistique française) a elle aussi adopté une initiative voisine sur son site collaboratif INFLUENCE MY FM. Face à la situation actuelle, le groupe répond à un enjeu majeur : garantir que la nourriture et les biens de grande consommation arrivent jusqu’aux consommateurs. Et pour ce faire, ce sont tous les collaborateurs qui sont mobilisés. Il est ainsi apparu tout naturel pour la direction de s’adresser à ses collaborateurs restés à la maison afin de leur permettre de s’exprimer sur leur quotidien, mêlant pour certains vie de famille et vie professionnelle.

communautés internes - Fanvoice

 

SOLUTION 2 : INNOVER EN CONTINU AVEC SES COLLABORATEURS 

Lancée en 2017, la Start.box répond à plusieurs objectifs. Le premier est d’inclure tous les collaborateurs dans le processus d’innovation. Il s’agit aussi de lancer des campagnes mobilisatrices : 

  • pour des actions inscrites dans le plan stratégique, 
  • pour de nouveaux services, de nouvelles offres, 
  • pour appuyer des enjeux interne RH, prévention…

communautés internes - Fanvoice

Eiffage c’est 63 000 collaborateurs mais aussi 63 000 innovateurs qui peuvent s’exprimer librement sur La Startbox. Ce dispositif d’innovation participative propose en effet aux collaborateurs de communiquer toutes leurs bonnes idées à travers différents projets proposés à l’année.

La plateforme permet également de sélectionner les meilleures idées, de les récompenser, les valoriser et les mettre en oeuvre en impliquant le CODIR.  Comme en témoigne Benoît de Ruffray, Président Directeur Général d’Eiffage : “ Lors de l’élaboration de notre plan stratégique, nous avons mis en exergue les forces de notre Groupe et les moteurs de son développement, au premier rang desquels l’innovation ”.

 

SOLUTION 3 : FAVORISER LA CULTURE DU BÊTA-TEST

L’open prospective permet à chacun d’être acteur de l’innovation en dénichant des solutions étonnantes et en y apportant un regard critique. C’est le pari fait par Crédit Agricole Consumer Finance (CACF) qui invite ses collaborateurs à se mettre dans la peau du client final pour remonter des tendances de marchés, tester des innovations d’autres marchés transposables au leur, et remettre l’expérience client au cœur de la stratégie.

communautés internes - Fanvoice

Dans le cas de CACF, une plateforme digitale a été mise en place pour accéder aux différentes “campagnes de tests » et partager ses feedbacks. Ainsi la communauté de “beta-testeurs” prend véritablement corps sur la plateforme, les collaborateurs étant visibles et pouvant échanger les uns avec les autres pour confronter leurs points de vue.

C’est une des démarches choisies par l’entreprise pour accélérer sa transformation digitale. Ainsi, plusieurs communautés “locales” de testeurs ont été créées (notamment en Allemagne et au Portugal) pour dénicher de nouveaux produits ou services misant sur une expérience différente, et les tester. Un protocole inédit qui a pour vertu non seulement de faire gagner en agilité mais aussi d’engager différemment les collaborateurs. Une centaine d’entre eux ont déjà rejoint l’initiative.

Aujourd’hui, ce sont près de 2 Français sur 3* qui souhaitent davantage télétravailler à l’issue de cette crise. Ces chiffres laissent entrevoir des changements qui vont s’opérer à plus long terme. Il y a fort à parier que les dispositifs digitaux d’écoute et d’inclusion des collaborateurs dans la stratégie et la prise de décision des entreprises vont se multiplier pour le bien de tous et de chacun.

 

* Enquête réalisée auprès de 2.915 professionnels répartis sur l’ensemble du territoire français, effectuée en ligne, sur le panel propriétaire BuzzPress France, selon la méthode des quotas, durant la période du 2 au 8 avril 2020. 

 

communautés internes - Matthieu Châtellier Fanvoice

Améliorer une application mobile en 6 semaines grâce au bêta-test digital : le cas Crédit Agricole Ukraine

Comment identifier les améliorations et corrections à apporter à la version bêta d’une application mobile pour lancer rapidement une première version utilisable de l’app ? Tel est le défi ambitieux que s’est lancé le Crédit Agricole Ukraine dans le cadre de la montée de version d’une de ses applications. 

Le Crédit Agricole est un groupe bancaire international qui a ancré les principes d’écoute de la « Voix du Client » et de « Co-création » au cœur de son ADN. Ainsi, lorsque le Crédit Agricole Ukraine a voulu valider le prototype de son application mobile – en cours de développement – dans des conditions réelles, le Groupe lui a conseillé de s’appuyer sur une plateforme digitale collaborative pour faire valider les nouvelles fonctionnalités par leurs collaborateurs. Stanislav Perevezentsev, Digital Analyst / Strategist au Crédit Agricole Ukraine nous raconte comment s’est déroulé le projet et quels sont les facteurs clés de succès.

application mobile - Fanvoice

Une nouvelle approche collaborative pour relever le challenge

« À tous les niveaux, ce projet a été une véritable aventure pour le Crédit Agricole Ukraine« , s’enthousiasme Stanislav Perevezentsev. Si la co-innovation et la co-création sont des pratiques déjà en place dans le groupe à travers la plateforme dédiée ca-lab.fr « cela a été une expérience complètement nouvelle pour nous à la fois en termes d’approche apportée par la solution Fanvoice, mais aussi dans la manière dont nous sommes organisés».

L’une des forces de Fanvoice réside dans l’accompagnement et le conseil apportés aux clients « et leur méthodologie éprouvée dans la mise en place de campagnes. Après quelques ateliers pour se familiariser avec la plateforme et pour définir l’objectif et le périmètre de la campagne, il a été facile, clair et rapide de construire et lancer une campagne qui répondait exactement à nos besoins. Mais bien plus qu’une méthodologie, Fanvoice nous a également aidé à animer notre communauté, conseillé sur les leviers de communication à activer, etc. « 

application mobile - Fanvoice

Un bêta-test qui a considérablement amélioré la vision de l’application mobile

Après 6 semaines de campagne et plus de 300 commentaires, idées ou anomalies remontées par les collaborateurs testeurs du Crédit Agricole Ukraine, le bêta-test a été un véritable succès pour la banque. Comme le souligne Stanislav Perevezentsev : « Il était très important pour nous de pouvoir facilement identifier l’ensemble des bugs techniques, les communiquer aux équipes techniques et suivre l’avancement des corrections. Pour cela, nous avons utilisé le système de Badges disponible sur la plateforme, apposés aux idées postées. Ainsi, les testeurs et développeurs pouvaient à tout moment identifier directement dans la campagne quelles anomalies avaient été corrigées ou étaient en cours de traitement. » La catégorisation de chaque commentaire a permis au Crédit Agricole Ukraine de corriger en méthode agile plus de 50% des problèmes techniques signalés et ce avant la fin de la campagne.

application mobile - Fanvoice

Une fois la campagne terminée, l’équipe d’analyse de Fanvoice a retravaillé plus en profondeur chaque verbatim collecté pour produire une analyse sémantique complète. Le Crédit Agricole Ukraine a reçu « un rapport synthétique de tous les commentaires des testeurs comprenant la classification des anomalies, l’identification des forces et faiblesses de l’app, la catégorisation des fonctionnalités « Must have » / « Nice to have » et les moments clés de réassurance client au sein du parcours applicatif. Cette analyse nous a été extrêmement utile. »

 

Les facteurs clés de succès de cette campagne de bêta-test selon le porteur de projet

Selon Stanislav Perevezentsev, trois éléments principaux expliquent le succès de la campagne :

  • La participation de l’ensemble des parties prenantes, en continu tout au long de la campagne – des équipes projet Crédit Agricole Ukraine et Fanvoice, aux testeurs et développeurs – a été déterminante dans la réussite du bêta-test.
  • L’engagement de la communauté de testeurs, soutenu par un plan de communication interne dédié et encouragé par le système de gamification intrinsèque à la plateforme – qui attribue des points pour chaque contribution – et qui a permis de recueillir de nombreux commentaires, riches en enseignement.
  • La plateforme Fanvoice, intuitive et facile à utiliser à la fois par les testeurs pour poster une idée, mais aussi par l’équipe projet pour animer la communauté et extraire les résultats de la campagne grâce au Dashboard d’administration.

 

« Au Crédit Agricole Ukraine la collaboration avec Fanvoice était notre premier projet mené de bout-en-bout avec une startup et c’est une très bonne expérience ! Le service et la solution fournis sont très utiles pour les entreprises, et en particulier les grands groupes cherchant à innover et à recueillir la Voix de leurs Clients ou Collaborateurs. » 

application mobile - Julie Devinant Fanvoice

Le Crédit Agricole mise sur la co-création avec FANVOICE

Le Crédit Agricole a créé une plateforme communautaire nationale, le “CA-LAB”, à destination de ses caisses régionales. Déjà 10 projets participatifs lancés !


Et si il y avait des milliers d’idées en régions pour améliorer la banque ? C’est le pari qu’a fait le CRÉDIT AGRICOLE en lançant il y a un peu plus d’un an le projet “CA-Lab, une plateforme communautaire qui propose aux clients de la marque de participer à ses projets d’innovation. Et le CA-Lab bouillonne ! En effet, cette plateforme participative mise en place en collaboration avec la startup Fanvoice, spécialiste de la co-création, est devenu un véritable lieu de discussions et de co-innovation entre les caisses régionales du groupe et les clients de la marque. La plateforme a déjà séduit une dizaine de caisses régionales qui se sont lancées dans l’aventure ou préparent un projet…

co création

(https://www.ca-lab.fr )

 

Ecoute client et co-création au coeur de la stratégie du Crédit Agricole

La” voix client” est un élément d’importance pour le Crédit Agricole. En effet, comprendre les attentes et besoins des clients a toujours été un moteur pour la marque. Selon Christophe BLERET, chef de projet digital chez Crédit Agricole SA, “co-créer ce n’est pas nouveau au Crédit Agricole, ce qui l’est c’est l’utilisation d’une plateforme qui capitalise sur les nouveaux usages liés à internet”. La plateforme de co-création offre l’opportunité à chaque caisses régionales de mettre en place des projets de “crowdstorming” (brainstorming géants) avec leurs clients, pour recueillir leurs idées d’améliorations et d’innovations, ou tester des concepts qui pourrait demain être proposés en régions. “Notre plan à moyen terme vise à développer de nouveaux produits et services, transformer des process et là nous avons besoin de la vision client et la co-création est parfaitement adaptée à cela”, précise Christophe BLERET.

1 an, 8 caisses régionales, 10 crowdstormings, des milliers d’idées !

Centre-France, Toulouse 31, Centre Est , Centre Loire, Franche Comté, Morbihan, Nord de France et Anjou Maine : le CA-Lab se fait déjà l’écho de 8 territoires. Certaines régions se posent les mêmes questions que d’autres, certaines ont leur spécificités et des enjeux d’innovations très spécifiques, mais toutes utilisent la même plateforme et une méthodologie d’écoute commune.

Cette 1ère année, les régions ont impliqué leurs clients sur des sujets aussi variés que “le prêt immobilier idéal”, “la relation client”, “le patrimoine”, ou encore “la création d’une plateforme de financement participatif ”.  

Au total, en quelques mois, les clients participants à ces projets ont produit pas moins de 5 000 idées et 16 380 votes, autant de propositions d’innovation à écouter, analyser et transformer.

Christophe BLERET tire un le bilan des premiers projets : “Les résultats des 1ères campagnes ont dépassé nos attentes et ont reçu un très bon accueil des métiers experts. Les idées et ressentis clairement identifiés ont permis d’alimenter les différents travaux : construction des offres, marketing ou communication”.

co création banque

Méthodologie et analyse sémantique pour “lire entre les lignes”

La force du Ca-Lab ne réside pas que dans la qualité des conversations, mais également dans la facilité à mettre en place les projets et à recueillir les feedbacks. La startup FANVOICE a créé une méthodologie spécifique pour l’enseigne, facilitant la mise en place “pas-à-pas” de nouveaux projets participatifs, avec chaque nouvelle caisse régionale qui se lance dans l’aventure, et simplifiant l’analyse des feedbacks récoltés via des technologies d’analyses sémantique (text mining). Ainsi, même les porteurs de projets néophytes ont pu, en quelques ateliers seulement, lancer une discussion sur la plateforme et identifier des insights précieux.

C’est donc au travers d’une analyse sémantique des feedbacks (retours des participants) que chaque caisse peut prioriser les actions, transformer les idées en opérations concrètes sur le terrain, et partager les avancées avec leurs communautés respectives.

Puisqu’en effet, valeur ajoutée de la plateforme : chaque caisse dispose d’un espace qui lui est propre, pour rassembler tous ses appels à idées.

co création crédit agricole 

Demain ? Plus de conversations et plus de personnalisation

Dès le mois prochain, ce sont 2 nouveaux projets qui vont voir le jour sur la plateforme avec notamment des discussions privilégiées avec les sociétaires de différentes caisses.

En 2018, la plateforme va se voir enrichie d’un système innovant qui permettra de personnaliser l’expérience utilisateur.

Le témoignage de Christophe BLERET de Crédit Agricole en intégralité :

 

 

Relation client et participatif : le Crédit Agricole y va “cash”

Pour son 3ème projet collaboratif inter-régions, le Crédit Agricole lance un débat on-line sur la relation entre la Banque et ses clients : « ET VOUS, VOUS EN ÊTES OÙ AVEC VOTRE BANQUE ? « . Pas de blabla, la marque y va “cash”, elle assume, et les clients jouent le jeu : “Racontez-nous vos attentes, vos envies de changements, vos frustrations…”

Crédit agricole

Après ses projets participatifs autour du parcours clients dans le cadre du crédit immobilier, et le crowdstorming lancé sur le sujet (pas facile) du patrimoine, la Caisse Régionale Crédit Agricole Centre France a une nouvelle fois ouvert le bal en se lançant dans cette discussion sans langue de bois avec ses clients, relayée depuis peu par la Caisse Régionale Centre Loire… Les clients, sollicités pour la 3e fois en 1 an par leur Banque sur ce type de dispositif, jouent de plus en plus le jeu et se confient : ils ont déjà partagé plus 850 idées et commentaires rien que sur la Région Centre France.

Crédit agricole centre france

Qui a dit que la co-création ne fonctionnait qu’à Paris ? 😉

Pour en savoir plus, RDV sur la plateforme de co-création du Crédit Agricole : https://www.ca-lab.fr/centre-france/votre-banque-et-vous

Pour découvrir un autre projet participatif lancé par la banque, et suivi par des actions concrètes en Région, nous vous invitons également à lire ou à relire ce précédent article : “Co-création : le Crédit Agricole écoute ses clients et agit !”

https://www.fanvoice.com/blog/co-creation-le-credit-agricole-ecoute-ses-clients-et-agit/

Co-création : le Crédit Agricole écoute ses clients et agit !

En juin dernier Crédit Agricole Toulouse 31 et 2 autres caisses régionales ont invité leurs clients à répondre à une question simple : “Pour vous, le prêt immobilier idéal, ça se passe comment ?”.

Ce projet collaboratif s’inscrit dans le cadre du ca-lab, plateforme de co-création des caisses régionales du Crédit Agricole pour que sociétaires, clients, citoyens puissent réfléchir autour des produits et services de demain, partager leur point de vue et ainsi contribuer au futur de la banque.

plateforme-ca-lab

Pendant 3 mois, ce sont pas moins de 800 feedbacks qui ont été partagés sur la plateforme permettant à la marque de récolter des idées concrètes, basées sur l’expérience client. Au-delà de ces retours d’expérience, les participants pouvaient également répondre à quelques questions fermées, points d’intérêt particulier de la marque.

DU PARTAGE DES RÉSULTATS À UN PLAN D’ACTION CONCRET À DESTINATION DES CLIENTS

Les résultats de ce brainstorming géant ont été partagés avec les porteurs de projet dès la fin de la campagne en septembre dernier. Témoignages de clients, pourcentages, idées innovantes : il a fallu extraire de la richesse du matériel les informations stratégiques pour la marque et les traduire en action concrète. Un grand nombre de personnes s’est notamment exprimé sur le besoin d’un processus plus fluide de suivi de son dossier habitat, de nouveaux services dématérialisés et des outils pédagogiques pour être accompagné dans la démarche.

C’est ainsi qu’est né l’Espace Projet Habitat ! A la fois interactif et  pédagogique, il permettra notamment de suivre son projet immobilier, de regarder des tutoriels vidéos, d’envoyer des pièces justificatives pour la construction de son dossier.

projet-habitat

LA CO-CRÉATION AU COEUR DE LA DÉMARCHE D’INNOVATION DE CRÉDIT AGRICOLE

En rebond de ce 1er temps de co-création réussi, de nouvelles campagnes participatives seront bientôt proposées à la communauté. Les co-créateurs de la caisse régionale Toulouse 31 sont d’ores et déjà invités à proposer des thèmes qui leur tiennent à coeur pour que ceux-ci puissent être intégrés dans les plan de réflexion de la marque (https://cvip.sphinxonline.net/SurveyServer/s/CreditAgricole31/Co-creation/formulairepardefaut.htm)
Depuis la fin de cette campagne, c’est sur le sujet du patrimoine que les clients ont été invités à réagir. Très bientôt, un nouveau projet sera mis en ligne pour que l’écoute client soit toujours au coeur de la démarche d’innovation du Crédit Agricole. Retrouvez en attendant en vidéo la présentation du projet par Christophe Bléret, chef de projet digital :