Archives du mot-clé communauté

Découvrez 3 nouvelles fonctionnalités de la solution Fanvoice

Dernièrement, notre solution s’est étoffée de 3 nouvelles fonctionnalités permettant d’enrichir l’expérience utilisateur, ainsi que de rendre les administrateurs des plateformes plus autonomes et efficaces afin de construire et suivre leurs projets participatifs. Nous avons conçu et pensé ces fonctionnalités grâce aux retours d’expérience de nos clients ! 

LE COMPTEUR LIVE : SUIVRE SES PROJETS EN TEMPS RÉEL

Sur plusieurs de nos plateformes, nous avons mis en place un compteur live qui fait apparaître de manière animée et en temps réel, le nombre de contributions, de participants, de sondages répondus et de likes. 

Cette fonctionnalité est disponible au niveau d’un projet participatif mais aussi de manière plus globale au niveau de la plateforme et de tous ces projets, en apparaissant sur la homepage. 

L’EMAIL MANAGEMENT : CONTACTER SA COMMUNAUTÉ DIRECTEMENT DEPUIS LE DASHBOARD 

Une nouvelle fonctionnalité est apparue dans le dashboard (back-office) permettant aux administrateurs d’une plateforme d’envoyer un email à leur communauté en toute agilité ! 

Plusieurs possibilités s’offrent aux administrateurs, partir d’un template déjà défini par les équipes Fanvoice ou alors créer son propre template d’emailing. Celui-ci peut être envoyé à des participants d’un seul projet, une partie de la communauté, ou alors toute la communauté.

Dans ce module d’email management, le client à la possibilité de créer autant de modèles qu’il souhaite afin de pouvoir les réutiliser et gagner du temps dans l’élaboration de ces messages et l’animation de sa communauté. Les clients peuvent également visualiser les envois par le biais de l’historique d’envois permettant de connaître la fréquence d’utilisation de ce module et limiter ainsi l’afflux d’envoi d’email à la communauté.

METTRE EN LIGNE SON PROJET : UNE AUTONOMIE COMPLÈTE GRÂCE À DES FONCTIONNALITÉS PLUS PUISSANTES

Depuis la création à la mise en ligne du projet en passant par l’intégration, tout se passe en toute autonomie depuis la plateforme.

Un module cartographie d’inspiration plus accessible

Les administrateurs peuvent implémenter en toute autonomie leur cartographie d’inspiration, directement depuis le dashboard (back-office) et définir les zones cliquables des différentes thématiques. 

Un module sondage plus flexible

Lors de l’intégration des questions, les clients peuvent modifier l’ordre des réponses au sein d’une question, mais également changer l’ordre des questions du sondage. Les clients ont aussi la possibilité de “jouer” leur sondage autant de fois qu’ils le souhaitent afin de vérifier l’intégration et le bon déroulé du questionnaire. 

En bonus : nous avons également revu le design des réponses aux sondages dans notre dashboard et nous avons intégré l’outil de segmentation qui permet de faire des tris croisés et une prélecture des résultats depuis le backoffice et avant l’intervention des chargés d’étude. 

Nos équipes techniques ne s’arrêtent plus et ne cessent de faire évoluer ces fonctionnalités pour les rendre toujours plus simples. Vous voulez en savoir plus et mieux les appréhender pour vos projets ? Si vous faites partie de nos clients, inscrivez-vous à nos prochaines formations annoncées sur notre site internet fanvoice.fr.

FacebookTwitterGoogle+Partager

Quand la covid vient chambouler les méthodes ancestrales d’études

COVID - Fanvoice

Pour réduire les risques de transmission du virus Covid-19, les services de santé tapent du poing sur la table et appellent chacun à appliquer les gestes barrières et à éviter autant que possible les rassemblements. C’est tout notre quotidien qui se voit chambouler, tous les marchés sont par conséquent impactés, y compris le secteur des études de marché. Les Focus Group jusqu’ici largement plébiscités des marques se font de plus en plus timides. Les préoccupations des entreprises n’en demeurent pas moins palpables. Et pour cause, dans un environnement exceptionnel et anxiogène comme celui-ci, il est primordial d’appréhender au plus vite les besoins de ses collaborateurs et de ses consommateurs. L’intelligence collective en ligne tend à se développer, favorisant l’insight fiable, rapide et précis dans une ère de distanciation qui relève du jamais vu. 

 

L’IMPACT DE LA SITUATION SANITAIRE SUR LES ÉTUDES 

Il est déjà loin le temps où derrière sa glace sans tain, Eric lâchait un long soupir en sirotant son café que lui offraient les deux chargés d’études l’accompagnant sur ce projet « quali ». Un soupir qui en réalité traduisait l’expression d’un désespoir, d’un pressenti qu’il avait sur sa nouvelle offre qui ne tourne manifestement pas rond. Et cette fois-ci plus de doute, puisque c’est ce qui sortait de la bouche des 10 « consos » réunis un vendredi matin 11 heures pour échanger tous ensemble autour de ce sujet si cher pour lui. C’était finalement un peu cela les Focus Group, communément appelés « tables rondes » ou bien encore « groupe quali ». Ces méthodes d’enquêtes qui datent depuis plus de trente ans, privilégiées en amont d’un volet d’étude quantitative par certains, en complément d’une enquête quantitative (questionnaire administré en ligne, par téléphone et parfois même en présentiel) pour d’autres : une guéguerre opposant deux camps, on ne sait pas trop pourquoi d’ailleurs…

Puis la crise sanitaire est passée par là, posant la question de la continuité des activités, des projets et des études, tout particulièrement qualitatives. L’ESOMAR (Association européenne pour les études d’opinion et de marketing) dresse un constat sans appel : il est fondamental de privilégier la virtualisation des entretiens.

Dès lors, certaines marques se demandent où encore glaner de nouvelles idées, alors que d’autres usent de la situation pour initier ou tout simplement prolonger la dynamique conversationnelle déjà engagée sous le prisme de la co-création.

 

LA CO-CRÉATION : UNE STRATÉGIE PAYANTE POUR AMÉLIORER LA CONNAISSANCE CLIENT

La co-création compte de nombreux avantages pour les marques. D’abord, elle impacte directement les pratiques et les processus d’innovation plus traditionnels. En effet, elle remet en cause les processus créatifs en externalisant la partie génération d’idées par exemple. Les propositions généralement faites en interne proviennent de l’extérieur stimulant ainsi la créativité.

Cette méthode peut améliorer les connaissances que la marque a de ses clients. Grâces aux interactions générées avec les parties prenantes, les marques ont dès lors la possibilité de comprendre les réels besoins de leurs cibles. Une approche rendue possible en ligne, contournant de fait toute distanciation, et la multiplication des participants à grande échelle.

 

LA CO-CRÉATION : UNE CONJUGAISON DE MÉTHODOLOGIES 

L’objectif du quantitatif est celui de la mesure alors que le qualitatif s’intéresserait aux processus. En conséquence, le quantitatif viserait les tests statistiques « confirmatoires » et le qualitatif les procédures « exploratoires ». En somme, le but du quantitatif serait de mesurer un phénomène et celui du qualitatif de comprendre son sens.  Mais pourquoi se priver d’une approche à double prisme qui permet d’explorer et comprendre une dynamique tout en la quantifiant et en la mesurant ?

C’est justement ce que permettent les projets de co-création en ligne, articulés dans une approche méthodologique hybride et itérative : faisant ainsi cohabiter qualitatif et quantitatif et cela durant plusieurs semaines.

COVID - FanvoiceProjet collaboratif de la Caisse d’Epargne LOIRE-CENTRE sur le site Fanvoice.com

https://www.fanvoice.com/fr/caisse-epargne/confiance-fidelite/

En témoigne la capture d’écran ci-dessus d’une partie d’un projet collaboratif, les projets de co-création permettent au sein d’un seul et même réceptacle dédié à une marque ou une problématique de poser des questions sous deux angles. L’un très spontané, relevant de l’approche qualitative. C’est ici toute la spontanéité du participant qui prime. Et pour l’orienter ou bien l’inspirer, des thématiques sont posées noir sur blanc, sur lesquelles l’internaute peut au kilomètre poster ses idées, ses suggestions ou bien encore ses retours d’expérience. Cette rubrique vient en définitive remplacer le guide d’entretien du qualitativiste permettant d’animer sa session. Et pour les plus sceptiques de l’auto-administration en ligne, la fonctionnalité de community management existe. Ainsi, le porteur du projet peut en temps réel poser des questions à sa communauté, impulser une dynamique conversationnelle, ou même gagner en granularité quant aux retours déjà partagés en ligne.

Un sondage qui permet de poser des questions plus guidées est par ailleurs proposé. Réponses avec des échelles numériques, des échelles sémantiques, batteries d’item détaillés, question ouverte, grid, side by side (une image vs une autre image) ; tous les ingrédients sont ici réunis pour réaliser un sondage tel qu’on peut le retrouver dans une étude Ad Hoc.

La co-création ouvre ainsi la voie à une démarche globale dans les études marketing. Aux workshops et focus groups réalisés en présentiel s’ajoutent désormais les communautés en ligne tel un socle supportant d’autres méthodes de recueil de données. Questionnaires et enquêtes de satisfaction en ligne de mire, cette occasion d’alternance fait des émules côté instituts d’études.

 

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE COUPLÉE LA DATA VISUALISATION AU SERVICE DES ENSEIGNEMENTS

Manager un projet de co-création sur plusieurs semaines requiert de pouvoir suivre précisément son évolution, mais aussi les réponses aux questions qui en découlent. Une console de back-office permet ainsi le tracking précis de tous ces indicateurs, ainsi que l’export d’histogrammes des résultats consolidés issus du quantitatif. Une manière efficace d’apprendre en temps réel pour agir vite et en conséquence.

L’algorithme d’analyse sémantique et statistiques de FANVOICE permet par ailleurs d’être agile dans la manière d’exploiter les données, ce qui accélère le processus de production d’insights, qui plus est lorsqu’ils sont nombreux (en découlent parfois des milliers de verbatims). Il représente un gain de temps considérable pour le traitement des données par rapport à un usage hier encore manuel.

 

LA CO-CRÉATION : UNE APPROCHE PLÉBISCITÉE PAR LE CRÉDIT AGRICOLE, EN RELAI DES FOCUS GROUP 

Le Crédit Agricole du Nord Est est une entreprise créatrice de liens, partenaire de confiance de ses clients, utile à ses territoires, grâce à l’engagement de tous, collaborateurs et administrateurs.

Avec sa démarche de co-construction, sur la plateforme participative du Crédit Agricole (le CA LAB), le Crédit Agricole Nord Est invite ses collaborateurs à être auteur des idées de demain.

Une démarche pensée en appui d’entretiens individuels en temps normal, qui aujourd’hui et compte-tenu de la situation, permet de pallier la situation de distanciation sans pour autant compromettre le projet.

COVID - Fanvoice

Et la démarche séduit, car depuis son ouverture il y a quelques semaines, plusieurs centaines de collaborateurs se sont prêtés à l’exercice, postant ainsi près de 800 idées et commentaires.

La co-création et l’intelligence collective online ont pour ainsi dire le vent en poupe. Elles permettent notamment de dépasser les clivages quali/quanti, au service d’une écoute client et collaborateurs plus juste et plus réactive.

 

Matthieu Châtellier - Fanvoice

Gamification : la clé pour motiver et challenger sa communauté

FANVOICE - GAMIFICATION : LA CLÉ POUR MOTIVER ET CHALLENGER SA COMMUNAUTÉ

Près de 6 français sur 10 font partie d’une communauté (selon une étude OpinionWay réalisée sur Internet du 24 au 30 août 2017 auprès de 1 018 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus). Un chiffre colossal qui pourrait très certainement pousser de nouvelles marques à sauter le pas et à se lancer dans des démarches d’intelligence collective. Encore faut-il bien en maîtriser les rouages ! Parmi les mécaniques clés pour manager une communauté, la gamification est un levier qui révèle toute son importance. Une manière efficace de motiver, de challenger, et de pérenniser sa communauté en offrant ainsi une relation gagnant-gagnant pour chacun.

 

Une incentive équilibrée permet d’insuffler une dynamique communautaire positive

L’incentive est un terme quelque peu galvaudé, renvoyant parfois même à un registre péjoratif. En cause : certains organismes qui ont parfois usé de cette logique, telle une carotte pour optimiser la participation à des sondages et autres démarches.

Quelques milliers d’euros mis en jeu pour répondre à un questionnaire d’une dizaine de minutes, une voiture à gagner, … des panélistes pour certains cas recrutés sur des sites douteux : ces pratiques n’ont pas fait que du bien, contribuant fortement à l’émergence de profils atypiques : les concouristes. Des opportunistes parfois dépourvus de toute éthique, dont la principale motivation résiderait dans le gain. Un effet nocif, puisque écartant toute objectivité et pertinence à la participation

Sauf à en revenir à des références bibliques (« donner sans rien espérer en retour »), l’incentive s’inscrit pourtant dans une parfaite logique et continuité de notre philosophie sociale : « tu me donnes, je te rends en retour ». En somme, une relation gagnant-gagnant.

L’enjeu est donc de suffisamment motiver sans pour autant drainer d’opportunistes en quête de cadeaux. Un constat fort qui nous amène une façon d’engager sa communauté : la coopétition.

 

La coopétition : de quoi s’agit-il ?

Le terme « coopetition » est mentionné pour la première fois en 1913 par Cherington, alors professeur en Commercial Organization à Harvard.

L’étymologie du mot coopétition est relativement simple et intuitive : un savant mélange d’anglicismes que sont la « cooperation » (coopération) et la « competition » (concurrence).

Le néologisme coopétition permet ainsi de qualifier des relations mêlant concurrence et coopération. La concurrence et la coopération n’apparaissent plus comme d’extrêmes opposés relationnels entre lesquels il convient de choisir.

C’est une démarche positive qui pousse ainsi chacun à s’exprimer, à rebondir sur l’idée d’un autre, à approuver ou au contraire apporter des pistes d’amélioration.

Associée à la gamification (autre approche qui constitue à faire gagner des points selon les interactions constatées), la coopétition permet donc d’amorcer une “positive attitude” à la fois saine puisque l’ambiance s’en ressent d’autant plus agréable pour les membres de la communauté, et florissante pour la marque.

Concrètement, une personne qui poste une idée est ainsi récompensée à travers les points qui lui sont donnés. Dès lors qu’une autre personne rebondira sur cette idée, cette seconde interaction récompensera ainsi l’une et l’autre personne. Ces points collectés tout au long du projet donnent à l’issue de ce dernier, l’éligibilité à un tirage au sort permettant potentiellement de remporter des cadeaux.

 

5 stratégies de gamification pour animer votre plateforme participative : 

Uniques comme combinatoires, elles permettent d’aligner votre posture de marque avec votre posture de dotation. Elles ont été testées et approuvées par nos clients et reposent sur le système de points que cumulent les participants en fonction de leurs contributions.

> Faire gagner des cadeaux 

Certaines marques comme la MACIF ici sur le site Fanvoice.com proposent aux internautes participant à l’appel à idées de tenter de remporter les cadeaux mis en jeu. Concrètement ça marche comment ?

Chaque action en ligne du participant (partage d’une idée, partage d’un commentaire, like, réponse à une question du sondage) est comptabilisée, permettant ainsi à chacun de cumuler des points. La somme de tous ces points permettent ensuite d’être éligible au premier palier de dotations, puis au second, et ainsi de suite. C’est le tirage au sort pour chaque palier de dotations qui permet de désigner le gagnant et non forcément celui remportant le plus de points.

FANVOICE - GAMIFICATION : LA CLÉ POUR MOTIVER ET CHALLENGER SA COMMUNAUTÉ

Certaines marques tout particulièrement appréciée du grand public, comme IKEA ou bien DECATHLON, vont aussi jusqu’à proposer des bons valables en magasin, utilisables lors de leurs prochains achats.

 

> Soutenir des associations 

Toujours dans une logique commune d’accumuler des points pour remporter des dotations, d’autres marques décident de dématérialiser l’incentive en proposant aux gagnants de soutenir une association. Une démarche éthique qui peut par exemple permettre de venir en soutien d’une situation exceptionnelle.

C’est ce qu’a choisi de faire la mutuelle VIASANTÉ sur sa plateforme participative VIASANTÉ & VOUS en proposant à sa communauté de venir partager toutes leurs idées pour mieux vivre le confinement. Une démarche pour la bonne cause puisqu’ici, selon le nombre de points remportés, des dons de 1500 euros, 3000 euros et 5000 euros sont reversés à l’association TOUS UNIS CONTRE LE VIRUS. Les dons collectés ont ainsi permis de venir en aide aux personnels soignants, en milieu hospitalier ou non, de financer des projets de recherche ainsi que de soutenir des acteurs de terrain et des associations qui œuvrent auprès des plus vulnérables.

Une démarche qui a remporté un franc succès, puisqu’en plus d’un mois, la communauté VIA SANTÉ & VOUS a ainsi partagé près de 250 idées et commentaires autour de ce sujet préoccupant pour tous.

FANVOICE - GAMIFICATION : LA CLÉ POUR MOTIVER ET CHALLENGER SA COMMUNAUTÉ

D’autres marques comme SANEF par exemple ont également adopté cette même démarche :

Dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19, Sanef Solidaire a exprimé sa solidarité en soutenant ses associations partenaires sur ses territoires afin de venir en aide aux plus isolés et démunis pendant la période de confinement. Dans son appel à idées proposé sur la plateforme participative SANEFlab, le concessionnaire d’autoroutes françaises propose aux gagnants de reverser des dons mis en jeu à EMMAÜS FRANCE.

 

> S’engager pour l’environnement

L’honorifique reste une valeur forte, qui renvoie à l’égo de chacun. Une manière de se distinguer au sein d’un groupe sans pour autant être récompensé. Dans une communauté en ligne, cette autre dynamique se caractérise par un badge. Un pictogramme que peut attribuer un chef de projet à certaines personnes qu’il juge particulièrement positive, ambitieuse, pertinente, …

Grâce à ses clients et à ses collaborateurs, FM Logistic engage par exemple une action de reforestation en France. À l’occasion de leur participation à Influence My FM, démarche innovante de co-construction, l’entreprise leur propose de transformer leur lot par la plantation de plusieurs arbres avec Reforest’Action. Dès lors que 450 points sont récoltés, c’est la possibilité pour le gagnant de contribuer à la plantation de 200 arbres (300 points : 100 arbres, 150 points : 50 arbres).

Encourager ses clients et ses collaborateurs à faire un geste pour la planète, c’est aussi ça être une entreprise socialement Responsable.

 

> Valoriser ses collaborateurs en interne

Dans une démarche plus fermée, puisque orientée autour des collaborateurs, d’autres entreprises n’hésitent pas à utiliser la dotation comme l’expression d’un soutien à l’accomplissement de projets. Avec plus de 500 mobilités par an au sein de ses métiers, Crédit Agricole CIB, la banque de financement et d’investissement du Groupe Crédit Agricole, fait de la gestion de carrière de ses collaborateurs une priorité. 

Afin d’anticiper avec eux sa transformation digitale, la filiale du Crédit Agricole spécialisée, a ainsi proposé sur la plateforme participative du Crédit Agricole, le CA LAB, un appel à idées. 

Les collaborateurs sont ainsi invités à  partager leurs idées autour des différentes thématiques traitées. Un jury vient dans un second temps sélectionner les idées finalistes en vue de participer à la Grande Finale de la campagne. Les idées qui sont enfin retenues, sont alors pitchées par le collaborateur qui en est à l’origine, devant le jury pour tenter de faire partie des 10 idées gagnantes qui seront in fine accompagnées par la démarche innovation de CACIB « IDEA » en vue d’être expérimentées.

Autre exemple : pendant 9 mois, l’ensemble des collaborateurs d’Eiffage Construction Nord-Ouest ont quant à eux étaient invités à participer à un jeu-concours sur la START BOX EIFFAGE . Concrètement, les collaborateurs pouvaient proposer leurs idées parmi 6 thématiques :

FANVOICE - GAMIFICATION : LA CLÉ POUR MOTIVER ET CHALLENGER SA COMMUNAUTÉ

Après une pré-selection faite par le jury début janvier, les collaborateurs pré-sélectionnés ont eu l’occasion de défendre leur idée en “pitchant” fin janvier 2020. Par la suite, les lauréats ont été annoncés. Lors de l’événement, 4 start-ups ont ainsi pu présenter leur activité également devant les collaborateurs, toujours dans cette démarche d’encouragement et de partage de l’innovation.

 

> Honorifique

D’autres artifices permettent de doper l’émulation, bien qu’exclusivement à portée honorifique.

C’est ce que proposent l’ensemble des plateformes participatives éditées par FANVOICE, grâce aux différents badges que peut attribuer le community manager en charge de l’animation du projet en ligne. Ces badges attribués en temps réel ou a posteriori permettent de qualifier une idée, de la la catégoriser ou bien encore de motiver sa communauté. D’un tagage libellé SUPER LIKE à la qualification plus technique d’une idée ou d’un retour d’expérience lié à un bêta-test, le badge permet ainsi de créer du rebond, de challenger la communauté tout en portant les intérêts pour la marque qui en est à l’initiative. 

Quelle que soit l’alternative retenue, le client passe ainsi un agréable moment et la marque optimise sa part de participation aux projets collaboratifs qu’elle propose. Plus les participations sont importantes, plus les enseignements consolidés sont exploitables, et plus la démarche porte ses fruits. L’intelligence collective permet alors de faire émerger des idées toujours plus innovantes et surtout toujours plus adaptées aux attentes des consommateurs. 

 

Matthieu Chatellier - Fanvoice

5 idées reçues sur la co-création

Au détour d’un récent échange avec la Direction Innovation d’un grand groupe, j’ai pu mesurer à quel point la co-création était encore méconnue voire caricaturée. Alors que je proposais de réfléchir à un dispositif de co-création, on m’a répondu “oui enfin, on ne va pas demander à nos clients s’ils préfèrent le logo en bleu ou en rouge…”. Comme si la co-création se limitait à cet exercice superficiel et n’offrait aucun autre bénéfice. Les idées reçues ont la vie dure, aussi me suis-je dit qu’il avait encore de la pédagogie à faire. Ce billet d’humeur y participe !

co-création - Fanvoice

  • NON, la co-création ce n’est pas demander aux gens s’ils préfèrent le logo de la marque en bleu ou en rouge

Et ce serait dommage de ne l’envisager que sous ce prisme réducteur. La co-création peut consister en un exercice d’idéation, de compréhension de besoins ou d’attentes non satisfaits, de co-conception d’un produit, d’un service, d’une offre, d’une raison d’être, ou encore un bêta-test, d’une interface, d’une application, d’un produit, d’un service… La co-création présente une palette d’actions dont la variété n’a d’égale que la richesse de ses enseignements.

La Roue de la co-création @fanvoice.fr : de l’idéation à la fidélisation

co-création - Fanvoice

In fine, la co-création recouvre tout exercice qui nécessite de faire appel à l’intelligence collective pour résoudre les challenges business qu’une entreprise doit relever. La crise sanitaire a d’ailleurs révélé le caractère crucial de cette expertise pour réfléchir avec toutes les parties prenantes à la raison d’être de son entreprise. Cela nous amène à notre deuxième point : les publics concernés.

 

  • NON, la co-création n’est pas destinée uniquement  aux influenceurs 

Souvent, on entend parler de co-création avec des influenceurs, des personnes triées sur le volet, sur lesquelles on s’appuiera pour amplifier le dispositif. C’est bel et bien de la co-création, mais disons qu’elle est surtout utile pour servir sa communication et ses RP…

La co-création concerne en réalité toutes les parties prenantes de l’écosystème de la marque : les consommateurs finaux, les clients, les prospects, les collaborateurs, des experts, les influenceurs… et potentiellement, dans les approches ouvertes, toutes les personnes qui se sentent assez proches et concernées par la marque pour interagir avec elle et participer à son amélioration continue.

“Consommateurs finaux, clients, prospects, collaborateurs, experts…  tous les publics sont concernés par la co-création à partir du moment où il y a un intérêt réciproque à entrer en relation et en intelligence. C’est de cette richesse et de la confrontation des points de vue que naissent les plus belles histoires.”

Chez FANVOICE, nous invitons à prendre en compte la voix du client en considérant l’individu dans toutes ses dimensions, à savoir Consommateur, Collaborateur et Citoyen, trois réalités qui nous habitent tous, se complètent et se répondent en permanence.

 

  • NON, la co-création ne concerne pas que l’innovation produit 

Il est vrai qu’historiquement la co-création s’est fait connaître à travers des cas produits, comme par exemple la conception d’une nouvelle voiture ou d’une nouvelle gamme de produits de beauté. Mais aujourd’hui, elle couvre un spectre beaucoup plus large qui transcende la simple innovation. On peut co-créer pour comprendre, co-créer pour tester, co-créer pour fédérer. Et ce sont donc tous les métiers d’une entreprise qui sont concernés : le marketing, la RSE, l’expérience client, la stratégie… Plus récemment, les ressources humaines ont bien compris l’avantage d’intégrer des attentes des collaborateurs et futures recrues dans les réflexion autour du sens du travail.

Je vous invite d’ailleurs à lire ces cas clients, témoignages d’exercice de co-création qui vont bien au-delà de l’innovation produit et montre toute la puissance de la démarche :

SOMFY et son approche miroir, EDF et son challenge autour de l’industrie au féminin, Crédit Agricole Ukraine et le bêta test interne de son application mobile, 6 success stories d’intelligence collective au service de la stratégie d’entreprise.

co-création - Fanvoice

  • Non, la co-création ne remplace pas les études classiques et NON ce n’est pas faire appel à un panel

La co-création apporte une ressource fondamentale pour les entreprises : une communauté. Rassembler toutes les parties prenantes et les faire vivre en communauté, c’est se donner tous les moyens d’interroger à l’envi et en continu des individus engagés et investis d’une mission. Celle de donner du sens à leur quotidien, à leur consommation et donc donner du sens aux marques.

“Dans une dynamique communautaire, nous ne recrutons  pas des participants ; ce sont les individus qui viennent à nous, vers la marque pour co-créer”

Cette ressource communautaire vient en complément des études classiques et permet d’innover en termes de protocole, au contact d’un public particulièrement engagé et prêt à tester des nouveautés. Les communautés de sens et d’intérêt offrent l’opportunité de sonder des attentes, de valider des évolutions, d’être dans une approche de “sensing investigation”.

J’aime l’expression de l’un de nos clients qui, à la question “mais comment recrutez-vous les participants ?”, a simplement répondu “nous ne recrutons personne, ce sont les gens qui viennent à nous”. C’est là une différence fondamentale avec les approches qui font appel à des panels d’individus présélectionnés pour certains attributs. Ce qui nous amène au point suivant : la différence entre communauté et panel…

La difficulté dans la transition qui s’opère sur le marché des études, c’est d’arrêter de penser panel et représentativité pour penser communauté et engagement. Parce qu’il est vain d’essayer d’appliquer une totale représentativité à sa démarche communautaire, au risque simplement de la saboter au lancement.

“Il est vain d’appliquer une logique représentativité au lancement d’une initiative communautaire, au risque de la saboter. Il s’agit avant tout de capitaliser sur des affinités. Vient ensuite le temps de l’analyse et de l’interprétation ”

En effet, une communauté de marque est constituée d’individus en affinité avec la marque. Elle reflète donc en partie l’ADN de la marque, en lien avec les typologies de produits ou de services qu’elle propose. Il s’agit donc d’une représentativité de marque et non d’une représentativité socio démographique. Encore une fois, enquête sur un public représentatif et co-création s’inscrivent en complémentarité, font appel chacune à des méthodologies précises. Si vous vous surprenez à parler de “panel communauté”, c’est que vous n’êtes pas clairs sur la méthodologie que vous mobilisez 😉 .

 

  • Non, la co-création ne résoudra pas tous vos problèmes…mais elle vous apportera une réponse concrète pour booster votre engagement client

Compréhension des besoins de vos clients, amélioration continue, intégration des collaborateurs au coeur de la stratégie d’entreprise, co-conception de produits ou de services, appel à idées… La co-création apporte une réponse concrète à beaucoup de questions de performance et permet notamment d’optimiser l’expérience client (externe et interne) en apportant de l’agilité et de la réactivité à travers des boucles de feedbacks continues. Et c’est le sens de l’histoire des entreprises : plus de conversations, moins de tour d’ivoire, plus d’excellence, moins de silos !

 

Vous voulez en savoir plus ? => contact@fanvoice.com

 

Julie Devinant - Fanvoice

Co-création miroir : présentation du cas MY SOMFY LAB et mise en perspective

La co-création miroir consiste à faire réagir 2 publics stratégiques en même temps, sur un même sujet, dans 2 écosystèmes distincts et étanches. Ainsi, une même problématique peut être adressée à un public de décideurs interne et un public d’utilisateurs finaux par exemple. Les résultats sont bien sûr mis en perspective pour une vision à 360°. 

Co-création miroir - Fanvoice

 

MY SOMFY LAB et la co-création miroir

En ce moment même, sur la plateforme de co-innovation MY SOMFY LAB, un protocole miroir est proposé. Les communautés grand public et collaborateurs de la marque sont sollicitées sur un même sujet dans 2 campagnes distinctes.

Co-création miroir - Fanvoice

Mélodie BARJHOUX, project et communication manager à la Direction Innovation, nous en dit un peu plus de cette initiative “Nous avons initié ce projet miroir avec notre pôle RSE afin de structurer notre stratégie de développement durable, en prenant en compte les changements sociétaux et nouveaux besoins qu’implique la période que nous vivons. À travers cette enquête collaborative nous avons invité tous les collaborateurs Somfy à s’exprimer sur le « demain » de notre entreprise et en parallèle, nous interrogeons également des consommateurs sur leurs attentes dans ce domaine.”

Elle ajoute : “Cette initiative a été portée par le directeur de la RSE qui a notamment annoncé le lancement du projet auprès de tous nos collaborateurs français. L’idée est de confronter trois notions : les nouvelles tendances liées à cette période, nos précédents travaux liés à notre gouvernance RSE et les attentes de nos collaborateurs (en terme de satisfaction client, pratiques responsables, performance environnementale, bien-être en entreprise…)”.

Et enfin : “La finalité du projet est de nous permettra de définir ensemble, une vision et des priorités communes visant à donner du sens à nos actions.”.

La campagne grand public se concentre elle autour de 5 thématiques proposées à la réflexion des participants, comme autant de piste de réflexion et d’innovation pour la marque :

Co-création miroir - Fanvoice

 

La co-création miroir, une démarche éprouvée et utilisée par plusieurs entreprises

BNP Paribas à travers sa plateforme Les Influenceurs ou encore EDF avec EDF Pulse & You utilisent notamment ce protocole pour le marketing ou l’innovation.

Retrouvez en détails ici 2 cas précis :

> BNP sur la redéfinition d’une expérience digitale 

> EDF sur la redéfinition d’une expérience de marque

 

Les apports de la co-création miroir pour les entreprises

Le fait de mettre sur un même niveau le recueil de la voix collaborateur et de la voix client est très bien accueilli dans les entreprises. L’écoute client était en effet hier cantonnée au consommateur final, ce qui laissait peu de place pour les collaborateurs dans l’écriture et la mise en place des stratégies qu’ils allaient ensuite faire vivre ou subir.

La vertu est grande, notamment pour les tests d’interfaces digitales ou d’applications. En effet le retour éclairé des collaborateurs dans la façon de présenter les choses, mais aussi parce qu’ils sont potentiellement des utilisateurs finaux eux-mêmes permet de mettre le tout en perspective. Par ailleurs, d’un point de vue enseignements, plusieurs éléments sont intéressants à prendre en compte.

> La participation des différentes communautés internes ou externes est un indicateur en soi. Une participation très forte côté grand public sur un sujet et très faible côté collaborateur sur le même sujet peut indiquer par exemple la distance des collaborateurs face à ce sujet. Et inviter à faire par exemple de la pédagogie ou à identifier et résoudre des points bloquants.

> Les enseignements ensuite en termes d’attentes ou de frustrations sont utiles et intéressants à faire dialoguer. Par exemple, une remontée asymétrique sur la qualité de la relation client peut être le point de départ facilitant l’acceptation d’un projet de transformation ou d’une nouvelle formation pour les équipes.

Co-création miroir - Julie Devinant Fanvoice

L’intelligence collective pour faire progresser l’engagement client

Engagement client - Fanvoice

Un client engagé, c’est un client qui va plus facilement consommer les produits ou les services d’une entreprise. Fidèle à la marque, il va s’y intéresser, parfois la suivre sur les réseaux sociaux, s’y attacher, allant même jusqu’à la recommander. Un collaborateur, que l’on peut définir comme le 1er client de l’entreprise, sera d’autant plus curieux, plus productif, plus impliqué dans son travail au quotidien qu’il est engagé. C’est pourquoi, l’engagement est un objectif de plus en plus « prisé » des entreprises, qui vont chercher à en faire progresser le score, année après année.

ALORS QUELLE(S) SOLUTION(S) POUR FAIRE PROGRESSER L’ENGAGEMENT DE VOS CLIENTS ET COLLABORATEURS ?

Plusieurs axes existent pour engager ses clients internes et externes : améliorer leur connaissance par des dispositifs d’écoute, anticiper leurs attentes en proposant des offres nouvelles et personnalisées, communiquer singulièrement et de la bonne manière, … L’un des leviers principaux est d’adopter une démarche véritablement client centric.

L’intelligence collective va permettre de fédérer des publics internes, externes, partenaires pour co-créer avec eux les marques, les produits et les services de demain.

Le choix d’une plateforme de co-création permet de positionner le client au centre de la relation, ce qui va faciliter les retours d’expérience entre les différentes parties prenantes – internes ou externes –  d’un écosystème.

UNE DYNAMIQUE D’INTELLIGENCE COLLECTIVE EN LIGNE RÉUSSIE ÇA PASSE PAR QUOI ?

Afin d’engager vos clients à travers un tel logiciel, il est primordial de prendre en considération son utilisation, en  Front comme en Back office :

Les contenus doivent être simples et l’interface ludique : le membre de votre communauté est, finalement, un client exigeant qui a besoin de comprendre l’intérêt du pitch très rapidement. Si l’information n’est pas suffisamment claire et accrocheuse, elle sera perdue dans la masse des multiples sollicitations reçues par votre cible.

Les projets proposés doivent pouvoir être suivis en temps réels afin d’optimiser l’engagement de la cible : suivez toutes vos statistiques, assurez-vous du bon développement de la communauté… et écoutez la ! Les membres seront toujours sensibles au fait que vous demandiez des avis, des retours, que vous remerciez l’engagement, etc.

QUELS BÉNÉFICES ?

Connaissance client enrichie, relation renforcée, expérience optimisée, pertinence dans la prise de décision : autant de bénéfices que va apporter un logiciel d’intelligence collective.

C’est finalement un outil véritablement au service de la stratégie d’entreprise pour :

Anticiper

En étant en lien direct avec les retours d’expériences et en faisant dialoguer des audiences complémentaires vous allez ainsi pouvoir anticiper des changements de comportements et de consommations.

Innover 

En accompagnant la création de nouveaux services  et de nouveaux produits sur votre plateforme d’intelligence collective, vous allez ainsi mieux comprendre les besoins et plus facilement adapter votre proposition de valeur au marché.

Fédérer

En incluant vos collaborateurs et vos clients externes dans votre stratégie, vous les valorisez, et allez gagner en proximité.

DÉCOUVREZ NOS CONSEILS POUR LANCER ET RÉUSSIR SON PROJET DE CO-CRÉATION À TRAVERS SES ARTICLES 

 

Infographie : Quels rôles pour les marques dans le monde de demain ?

Dernièrement, nous avons invité notre communauté à partager ses attentes sur les marques pour le monde de demain (cliquez ici pour accéder à la campagne).

Vous voulez avoir accès à l’intégralité des résultats ? Envoyez votre demande à contact@fanvoice.com !

Découvrez notre infographie sur les rôles des marques dans la monde de demain

monde de demain - Fanvoice

Infographie : Qu’ont fait les familles françaises pendant le confinement ? Le résultat de notre conversation inédite !

Dernièrement, nous avons invité notre communauté à partager ses astuces pour mieux vivre le confinement (cliquez ici pour accéder à la campagne). Nous vous présentons aujourd’hui les résultats de cette belle conversation !

confinement - Fanvoice

Les communautés internes au service de la stratégie et de l’efficacité des entreprises

communautés internes - Fanvoice

Les grèves liées à la réforme des retraites suivies d’une crise sanitaire sans précédent ont bouleversé la manière de travailler au sein des entreprises. Le télétravail forcé, pour lequel tout le monde n’était pas préparé et outillé de la même façon, perturbe les interactions au sein des entreprises. Une situation à risque tant pour les collaborateurs, dont l’équilibre psychosocial se voit fortement chahuté, que pour les entreprises qui doivent agir rapidement.

Les modes de fonctionnement au quotidien et les méthodes de management s’ajustent. Les approches collaboratives se multiplient afin de répondre au mieux aux enjeux. Nous vous proposons de découvrir à travers cet article les bénéfices de telles approches tant en période de crise qu’à plus long terme, avec certains exemples d’entreprises qui ont su développer de façon pérenne leurs communautés internes.

 

 

ENJEU 1 : PRÉSERVER SES SALARIÉS EN RESTANT ATTENTIF À EUX

Une récente étude réalisée pour Deskeo durant la période du 19 au 24 mars 2020, et relayée par le journal Le Progrès, met en lumière les nombreuses conséquences du confinement sur le moral des salariés et collaborateurs. On peut ainsi y lire que 76% des Français se disent mal à l’aise chez eux, regrettant ainsi leur bureau.

À défaut de pouvoir instantanément améliorer leur confort à distance, il est primordial pour les entreprises de garder un contact avec leurs collaborateurs. Et cela doit se faire bien au-delà des discussions en ligne, des séries de mails et des sessions de web conférences largement utilisées ces derniers temps. De nombreux salariés à distance sont par ailleurs contraints de gérer des problématiques externes à leur cadre professionnel, et spécifiques à ce contexte de crise (garde d’enfants, maladie de certains membres de la famille, …). Ce qui ajoute de la complexité et de la tension. Pour répondre au sentiment d’éloignement et à cette tension, l’employeur peut proposer écoute et bienveillance via des outils digitaux ad hoc.  

 

ENJEU 2 : DONNER DU SENS AU TRAVAIL ET AU PROJET D’ENTREPRISE

Maintenir l’engagement de ses salariés représente un véritable défi pour les entreprises. Car l’engagement des salariés pour une entreprise est une source de performance importante. Quand les employés se sentent bien, écoutés et valorisés, il y a de grandes chances que cela se reflète dans l’expérience des clients finaux. Un cercle vertueux se met alors en place.

 

ENJEU 3 : RENFORCER LE DIALOGUE SOCIAL DANS UN ENVIRONNEMENT INCERTAIN

Télétravail, chômage, activité partielle, gel des budgets et des recrutements, diminution des salaires, … le monde du travail est sous tension. Apporter des réponses aux salariés pour contrer l’incertitude est nécessaire. Face à la situation actuelle, le gouvernement est très clair sur le sujet : « à situation exceptionnelle, moyens de dialogue renforcés ». Par conséquent, il est primordial que l’employeur s’adapte pour maintenir le dialogue social et mettre ainsi en place rapidement des moyens d’alerte et de remontées d’informations. Il s’agit de véritablement mettre le numérique au service du dialogue social.

Les communautés internes constituent très clairement une réponse à cet enjeu majeur. Au-delà de la gestion actuelle de la situation, cette dynamique de dialogue social renforcé devrait constituer un atout majeur lorsqu’il s’agira de traiter les effets à moyen et long terme. 

 

SOLUTION 1 : FACILITER LES REMONTÉES D’EXPÉRIENCES

Un dispositif de remontée d’expériences, à l’image du projet collaboratif adressé sur Fanvoice.com va permettre à chacun de « vider son sac ». Une manière ludique de renouer le contact, de montrer à tous qu’on est « dans le même bateau ». Certains vont s’en amuser et rebondir sur les idées dans le but de converser, d’autres vont livrer leurs bonnes pratiques tant en matière d’organisation, que de gestion du temps, ou de responsabilisation des enfants par exemple.

communautés internes - Fanvoice

Autant d’échanges qui vont encourager les membres et qui vont permettre d’insuffler, à distance, une dynamique de groupe, un esprit d’équipe, de soutien et de bienveillance.

C’est par exemple ce que réalise en ce moment même la Banque Populaire du Sud sur la plateforme collaborative LE WOK (le site communautaire imaginé à l’initiative de la Fédération Nationale des Banque Populaire et qui rassemble des sociétaires, clients, collaborateurs autours de divers sujets). Le projet collaboratif est libellé « SPÉCIAL CONFINEMENT : Prise de température ». Le jeu de mot peut faire sourire mais témoigne néanmoins de toute la bienveillance de « l’employeur » à l’égard de ses équipes, invitées à partager leurs retours d’expériences pour vivre plus sereinement le confinement.

communautés internes - Fanvoice

FM LOGISTIC (entreprise logistique française) a elle aussi adopté une initiative voisine sur son site collaboratif INFLUENCE MY FM. Face à la situation actuelle, le groupe répond à un enjeu majeur : garantir que la nourriture et les biens de grande consommation arrivent jusqu’aux consommateurs. Et pour ce faire, ce sont tous les collaborateurs qui sont mobilisés. Il est ainsi apparu tout naturel pour la direction de s’adresser à ses collaborateurs restés à la maison afin de leur permettre de s’exprimer sur leur quotidien, mêlant pour certains vie de famille et vie professionnelle.

communautés internes - Fanvoice

 

SOLUTION 2 : INNOVER EN CONTINU AVEC SES COLLABORATEURS 

Lancée en 2017, la Start.box répond à plusieurs objectifs. Le premier est d’inclure tous les collaborateurs dans le processus d’innovation. Il s’agit aussi de lancer des campagnes mobilisatrices : 

  • pour des actions inscrites dans le plan stratégique, 
  • pour de nouveaux services, de nouvelles offres, 
  • pour appuyer des enjeux interne RH, prévention…

communautés internes - Fanvoice

Eiffage c’est 63 000 collaborateurs mais aussi 63 000 innovateurs qui peuvent s’exprimer librement sur La Startbox. Ce dispositif d’innovation participative propose en effet aux collaborateurs de communiquer toutes leurs bonnes idées à travers différents projets proposés à l’année.

La plateforme permet également de sélectionner les meilleures idées, de les récompenser, les valoriser et les mettre en oeuvre en impliquant le CODIR.  Comme en témoigne Benoît de Ruffray, Président Directeur Général d’Eiffage : “ Lors de l’élaboration de notre plan stratégique, nous avons mis en exergue les forces de notre Groupe et les moteurs de son développement, au premier rang desquels l’innovation ”.

 

SOLUTION 3 : FAVORISER LA CULTURE DU BÊTA-TEST

L’open prospective permet à chacun d’être acteur de l’innovation en dénichant des solutions étonnantes et en y apportant un regard critique. C’est le pari fait par Crédit Agricole Consumer Finance (CACF) qui invite ses collaborateurs à se mettre dans la peau du client final pour remonter des tendances de marchés, tester des innovations d’autres marchés transposables au leur, et remettre l’expérience client au cœur de la stratégie.

communautés internes - Fanvoice

Dans le cas de CACF, une plateforme digitale a été mise en place pour accéder aux différentes “campagnes de tests » et partager ses feedbacks. Ainsi la communauté de “beta-testeurs” prend véritablement corps sur la plateforme, les collaborateurs étant visibles et pouvant échanger les uns avec les autres pour confronter leurs points de vue.

C’est une des démarches choisies par l’entreprise pour accélérer sa transformation digitale. Ainsi, plusieurs communautés “locales” de testeurs ont été créées (notamment en Allemagne et au Portugal) pour dénicher de nouveaux produits ou services misant sur une expérience différente, et les tester. Un protocole inédit qui a pour vertu non seulement de faire gagner en agilité mais aussi d’engager différemment les collaborateurs. Une centaine d’entre eux ont déjà rejoint l’initiative.

Aujourd’hui, ce sont près de 2 Français sur 3* qui souhaitent davantage télétravailler à l’issue de cette crise. Ces chiffres laissent entrevoir des changements qui vont s’opérer à plus long terme. Il y a fort à parier que les dispositifs digitaux d’écoute et d’inclusion des collaborateurs dans la stratégie et la prise de décision des entreprises vont se multiplier pour le bien de tous et de chacun.

 

* Enquête réalisée auprès de 2.915 professionnels répartis sur l’ensemble du territoire français, effectuée en ligne, sur le panel propriétaire BuzzPress France, selon la méthode des quotas, durant la période du 2 au 8 avril 2020. 

 

communautés internes - Matthieu Châtellier Fanvoice

Vous aussi, imaginez avec vos clients, votre rôle dans le monde de demain

Globalement les études montrent que chacun attend des marques de la responsabilité, de la solidarité, de l’écoute, de la proximité, de la conviction et des valeurs. Mais comment cela se concrétise pour votre secteur ? Entre déclaration d’intention et action, qu’attendent réellement vos clients ? La plateforme participative FANVOICE est essentielle pour se rapprocher d’eux et pour sonder leurs attentes.  Au-delà des spéculations des uns et des autres, il revient aujourd’hui aux marques d’aller au contact de ceux qui influencent demain, de les écouter et de prendre en compte leurs aspirations pour co-construire notre demain.

 

UN PROTOCOLE FLEXIBLE POUR CO-CONSTRUIRE LE MONDE DE DEMAIN

La crise révèle l’importance de la collaboration. Demain s’appréhende et se construit dès maintenant avec vos consommateurs, vos collaborateurs, vos partenaires. Les engager dans des discussions exploratoires ou des exercices de co-création est un moyen concret de réconcilier écoute et action.

 

Nous vous proposons un protocole clé en main et flexible pour relever ce défi :

1/ un gabarit (site internet) avec des textes prédéfinis à adapter

2/ 3 ateliers de co-conception de votre projet avec un expert FANVOICE

3/ une adaptation du gabarit à vos couleurs et votre univers visuel

4/ des focus thématiques personnalisables en fonction de vos problématiques

5/ une dizaine de questions fermées complémentaires

6/ un accompagnement au recrutement et au community management de votre projet

6/ une analyse sémantique des résultats en fin de projet

7/ un projet en ligne en quelques jours (2 à 5 jours en fonction de votre rétroplanning)

 

Pour en savoir plus, envoyez votre demande à contact@fanvoice.com

 

Actuellement par exemple, nous questionnons le rôle des marques et les défis qu’elles devront relever demain pour répondre aux nouvelles attentes de leurs clients.

rôle - Fanvoice

Au-delà d’un questionnement large, nous proposons 5 focus thématiques et une dizaine de questions fermées complémentaires. Les focus thématiques sont nés des discussions que nous avons avec une dizaine de marques depuis le début du confinement, qui nous ont partagé leurs interrogations :

rôle - Fanvoice

rôle - Fanvoice

rôle - Fanvoice

rôle - Fanvoice

rôle - Fanvoice

QUELQUES APPLICATIONS : 

 

1/ EDF interroge l’après confinement avec ses clients et questionne le rapport à l’énergie

Sur sa plateforme de co-innovation EDF Pulse & You, EDF invite sa communauté à réagir sur l’après confinement, au prisme de ce qui pourrait changer durablement, des nouveaux projets à mettre sur pied ou encore du rapport de chacun à l’énergie.

 

rôle - Fanvoice

rôle - Fanvoice

 

2/ Viasanté  reste en contact avec ses clients et interroge le rôle d’une mutuelle

La communauté Viasanté est elle mobilisée en ce moment sur les astuces pour mieux vivre le confinement ainsi que sur le rôle de sa mutuelle dans un tel moment.

 

rôle - Fanvoice

rôle - Fanvoice

 

3/ FM Logistic renforce la proximité avec ses collaborateurs 

Sur Influence My FM, plateforme collaborative dédiée à l’invention de la supply chain de demain, les collaborateurs de l’entreprises sont actuellement rassemblés dans un projet privé (seuls les collaborateurs peuvent accéder aux échanges) autour du confinement et de son après. Une façon concrète de garder le lien, de maximiser le sentiment d’être ensemble et utile à l’entreprise.

rôle - Fanvoice

 

 

rôle - Julie Devinant Fanvoice