Archives par étiquette : collaborateurs

5 idées pour impliquer vos collaborateurs dans votre stratégie d’innovation

Votre stratégie d’innovation est centrale, elle vous permet à la fois de rester référent sur votre marché, mais aussi d’identifier de nouveaux potentiels business. Vos premiers clients sont vos collaborateurs et il est essentiel de les engager au plus tôt dans vos réflexions pour les interroger, recueillir leur précieux retour d’expérience et leur faire vivre votre stratégie. 5 idées concrètes issues de nos best cases client pour engager vos collaborateurs ! 

1- Invitez les à partager les difficultés du terrain et trouvez avec eux les solutions de demain 

Le cas d’école : le projet “Mobilisation général pour la prévention chez Eiffage : participez !” 

Ce que l’entreprise y gagne : “La plateforme héberge des campagnes mobilisatrices pour des actions inscrites dans le cadre stratégique, pour de nouveaux services et nouvelles offres, mais aussi pour appuyer des enjeux internes. La campagne prévention a permis d’identifier 3 idées lauréates qui ont ensuite été mises en projets et développées.”,

Mathieu Boussoussou, chef de projet Innovation

Le projet en détails :

2- Proposez des défis d’idées pour avancer plus vite sur vos chantiers stratégiques

Le cas d’école : le projet “Postez vos solutions bas carbone” du Groupe Eiffage

Ce que l’entreprise y gagne : “Nous avons recensé 587 idées dont les meilleures seront récompensées puis mises en œuvre. C’est faire ainsi appel à l’innovation inclusive”, explique Valérie David, directeur du développement durable et de l’innovation transverse d’Eiffage

3- Incluez les feedbacks de vente et les suggestions d’optimisation dans l’évolution de vos produits et services

Le cas d’école : “Faites évoluer AssurEnergie et Solution Dépannage Confiance avec nous” de EDF

Ce que l’entreprise y gagne : 

Le projet EDF Pulse & You en détails :

4- Faites de vos collaborateurs les bêta testeurs de vos objets connectés 

Le cas d’école : Les chantiers tests de SOMFY

Ce que l’entreprise y gagne : “La méthode de bêta-test de My Somfy Lab a fait ses preuves, avec : 

  • 12 projets de bêta test digitaux en 2 ans
  • 3 mois gagnés dans la mise en place d’un chantier test
  • un gain de 60% d’efficacité dans ce type de protocole par rapport à la méthode classique
  • un vivier de 100 collaborateurs volontaires et motivés à chaque bêta-test”, Mélodie Barjhoux, project et communication manager

Le projet en détail :

5- Faites de vos collaborateurs les bêta testeurs de vos applications

Le cas d’école : Crédit Agricole Ukraine

Ce que l’entreprise y gagne : Après 6 semaines de campagne et plus de 300 commentaires, idées ou anomalies remontées par les collaborateurs testeurs du Crédit Agricole Ukraine, le bêta-test a été un véritable succès pour la banque. Comme le souligne Stanislav Perevezentsev, Digital Analyst/Strategist au Crédit Agricole Ukraine : « Il était très important pour nous de pouvoir facilement identifier l’ensemble des bugs techniques, les communiquer aux équipes techniques et suivre l’avancement des corrections. Pour cela, nous avons utilisé le système de Badges disponible sur la plateforme, apposés aux idées postées. Ainsi, les testeurs et développeurs pouvaient à tout moment identifier directement dans la campagne quelles anomalies avaient été corrigées ou étaient en cours de traitement. » La catégorisation de chaque commentaire a permis au Crédit Agricole Ukraine de corriger en méthode agile plus de 50% des problèmes techniques signalés et ce avant la fin de la campagne.

Le projet en détail :

Toutes ces actions auront pour résultat une innovation plus juste, mais aussi une grande implication de vos collaborateurs. Cette proximité inédite sera par ailleurs vectrice d’attachement et vous permettra de plus facilement faire de vos collaborateurs des ambassadeurs de votre marque et de ses missions. 

Julie Devinant

Share

Passer de l’idée au projet : le cas “Un chantier, une inno” du groupe Eiffage

“Un chantier, une innovation”, c’est l’un des projets participatifs orchestrés sur la plateforme StartBox, boîte à idées numériques du groupe Eiffage. Le sujet : l’ensemble des collaborateurs d’Eiffage Construction Nord-Ouest était invités à participer à un jeu-concours d’innovation ! Retour sur la dynamique du projet et le passage des idées aux projets. 

Eiffage - Fanvoice

La Startbox : plateforme numérique d’innovation participative

Encourage l’innovation, c’est l’un des moteurs majeurs du développement du groupe. Eiffage Construction et ses collaborateurs y participent activement, notamment à travers la Startbox. L’outil, mis à disposition par la direction du développement durable et de l’innovation transverse, a pour objectif d’organiser des campagnes thématiques d’appel à idées, de susciter, rassembler et partager les idées innovantes, ainsi que de récompenser et mettre en oeuvre les meilleures idées.

Présentation du jeu-concours Un chantier, Une innovation

Eiffage - Fanvoice

Pendant 9 mois, l’ensemble des collaborateurs d’Eiffage Construction Nord-Ouest était invité à participer à un jeu-concours. Concrètement, les collaborateurs pouvaient proposer leurs idées parmi 6 thématiques :

  • la prévention sur les chantiers (prévention des situations à risques, matériel pour réduire les risques d’échec…)
  • les offres différenciantes (support technologique, stratégie commerciale…)
  • construction et améliorations techniques terrains (procédés, outils, organisation…)
  • travaux et services (mobilité, réactivité…)
  • initiative environnementale (suivi et traçabilité des livraisons sur chantier, gestion des déchets…)
  • bien-être au travail (efficacité des salariés sur les chantiers et au bureau, équilibre vie pro / vie perso…)

Eiffage - Fanvoice

Pitchs des pré-sélectionnés et révélation des gagnants

Après une pré-selection faite par le jury début janvier, les collaborateurs pré-sélectionnés ont eu l’occasion de défendre leur idée en “pitchant” fin janvier 2020. Par la suite, les lauréats ont été annoncés !

Découvrez cette journée événement en vidéo :

Lors de l’événement, 4 start-ups ont pu présenter leur activité également devant les collaborateurs, toujours dans cette démarche d’encouragement et de partage de l’innovation.

Les projets sont actuellement en cours d’incubation… à suivre !

Julie Devinant - Fanvoice

Share

Impliquer 50 000 collaborateurs dans sa stratégie d’innovation, c’est possible ! Le cas Eiffage

Lors de la FANVOICE Academy du 23 janvier 2020, Mathieu BOUSSOUSSOU et Jean-Baptiste BERG, chargés d’innovation transverse chez Eiffage, ont présenté la Start.box, plateforme digitale au service de l’innovation. Mise en place de l’initiative, difficultés rencontrées, facteurs clés de succès: ils nous ont raconté comment en quelques années la Start.box est devenue un outil incontournable pour le groupe.

 

La Start.box, un outil pour mobiliser, inclure, valoriser et mettre en oeuvre

collaborateurs - Fanvoice

Lancée en 2017, la Start.box répond à plusieurs objectifs. Le premier est d’inclure tous les collaborateurs dans le processus d’innovation. Il s’agit aussi de lancer des campagnes mobilisatrices : 

  • pour des actions inscrites dans le plan stratégique, 
  • pour de nouveau services, de nouvelles offres, 
  • pour appuyer des enjeux interne RH, prévention…

La plateforme permet également de sélectionner les meilleures idées, de les récompenser, les valoriser et les mettre en oeuvre en impliquant le CODIR. 

Comme en témoigne Benoît de Ruffray, Président Directeur Général d’Eiffage : “Lors de l’élaboration de notre plan stratégique, nous avons mis en exergue les forces de notre Groupe et les moteurs de son développement, au premier rang desquels l’innovation

C’est après plusieurs semaines de travail collaboratif que la plateforme a pu voir le jour, à travers des réunions qui réunissaient notamment la Direction communication, mais aussi la Direction prévention (porteur de la 1ère campagne),  la Direction juridique ou encore la Direction sécurité et information.

collaborateurs - Fanvoice

 

“Fondation Eiffage” et “immo-Inno”, 2 campagnes emblématiques

A ce jour, 11 campagnes participatives ont été proposées aux collaborateurs du groupe, sur des sujets aussi variés que la prévention des accidents, le logement de demain, la mobilité ou encore le bas carbone. Plus de 11 000 collaborateurs ont rejoint le dispositif produisant 1500 idées et des centaines de commentaires. 

 

“Fondation Eiffage” : soutenir pour engager

La campagne invitait les collaborateurs à soutenir leur projet préféré. 2 580 personnes ont participé en 2 semaines, favorisant ainsi l’émergence d’un projet ensuite accompagné par la Fondation.

collaborateurs - Fanvoice

 

“Immo-Inno” : 3 étapes pour passer de l’idée au MVP (produit minimum viable)

Le premier temps de ce projet en 3 étapes permettait aux collaborateurs de partager leurs idées sur la Start.box. Les idées ensuite structurées en équipe, étaient approfondies à l’aide d’un consultant externe. Aujourd’hui ce sont 3 offres qui ont été développées.

collaborateurs - Fanvoice

 

Un dispositif de communication puissant pour accompagner le projet

L’implication de la direction générale au lancement de l’initiative ainsi qu’au lancement de chaque projet majeur (les invitations à participer partent de la boîte mail du PDG) est un des facteur clé de succès. Le matériel créatif développé autour du projet est également un point fort qui a permis à l’initiative de rayonner bien au-delà de la plateforme digitale, en s’invitant dans les bureaux et jusque sur les chantiers ou des bornes interactives permettent à tous ceux qui le veulent de déposer une idée.

Découvrez la Start.box ici

collaborateurs - Fanvoice Julie Devinant

Share

Open prospective et Alpha testing : quand les collaborateurs jouent les veilleurs…

Avant le bêta-test, il y a l’alpha-test, et juste avant il y a… l’open prospective ! Il s’agit généralement d’une poignée de collaborateurs très impliqués qui jouent le rôle du client ou de l’utilisateur final, pour détecter des tendances émergentes, puis valider un concept.

alpha testing

Inviter ses collaborateurs à dénicher et à tester pour mieux innover

L’open prospective permet à chacun de devenir acteur de l’innovation en dénichant des solutions étonnantes et en apportant un regard critique sur elles (positif ou négatif). C’est le pari fait par Crédit Agricole Consumer Finance (CACF) qui a invité ses collaborateurs à se mettre dans la peau du client final pour remonter des tendances de marchés, tester des innovations d’autres marchés transposables au leur, et remettre l’expérience client au coeur de la stratégie.

“L’objectif est de positionner le collaborateur en tant que client pour récupérer son feedback et le faire entrer en résonance avec d’autres retours, afin d’en sortir une intelligence collective. Si je sais ce que le client attend, je suis davantage en capacité d’innover” témoigne Alexandra Dacier, chef de projet stratégie au sein de CACF. C’est une des démarches choisies par l’entreprise pour accélérer sa transformation digitale. Ainsi, plusieurs communautés “locales” de testeurs ont été créées (notamment en Allemagne et au Portugal) pour dénicher de nouveaux produits ou services misant sur une expérience différente, et les tester. Un protocole inédit qui a pour vertu non seulement de faire gagner en agilité mais aussi d’engager différemment les collaborateurs. Une centaine d’entre eux ont déjà rejoint l’initiative.

innovate together fanvoice

Une plateforme digitale pour centraliser et un accompagnement ad hoc pour galvaniser

Dans le cas de CACF, une plateforme digitale a été mise en place pour accéder aux différentes “campagnes de tests » et partager ses feedbacks. Ainsi la communauté de “beta-testeurs” prend véritablement corps sur la plateforme, les collaborateurs étant visibles et pouvant échanger les uns avec les autres pour confronter leurs points de vue.

Pour toucher plusieurs centaines de collaborateurs dans les différents pays, c’est également une véritable démarche agile qui a été mise en place. “Il a d’abord fallu convaincre les entités concernées de l’intérêt de ce projet », ajoute Alexandra Dacier. “Puis il a fallu mettre en place une communauté d’ambassadeurs, composée d’un sponsor, de coordinateurs et de community managers”. La communication autour du dispositif est indispensable à travers notamment les mails de lancement de campagne, mais aussi l’animation de la communauté et le partage des résultats en fin de projet.

Des alpha-testeurs ?

De son côté, l’entreprise SOMFY propose également à ses collaborateurs de jouer les testeurs de ses innovations produits. La plateforme digitale de co-innovation My Somfy Lab (powered by FANVOICE) est en effet spécifiquement utilisée pour orchestrer des bêta-tests collaborateurs. La lourdeur du processus traditionnel a poussé l’entreprise à s’appuyer sur cette plateforme pour faciliter le recueil de feedbacks et valoriser la dimension communautaire. Avant même les beta-tests d’innovation, des collaborateurs candidats peuvent “alpha-tester” des concepts ou des pré-prototypes (parfois avant même le MVP). Pour SOMFY, les avantages de ce protocole sont nombreux. Gagner du temps est le 1er argument, mais il s’agit aussi d’amplifier et de faciliter le recrutement des testeurs ainsi que l’animation. L’attractivité de la plateforme ainsi que les exports et statistiques en temps réel sont également des éléments de préférence pour la Direction Innovation. Enfin, la création d’une communauté de testeurs internes, acculturés et disponibles est une valeur ajoutée inestimable pour la pérennité des chantiers tests (retrouvez l’intégralité du témoignage de Somfy ici https://www.fanvoice.com/blog/les-ingredients-pour-reussir-son-beta-test-produit-le-temoignage-de-somfy/.

Fanvoice-bêta-testeur

La dimension RH, utile pour convaincre et amplifier

Dans les 2 exemples de CACF ou de Somfy, il n’y a pas de récompense matérielle pour convaincre les collaborateurs de jouer le jeu. Les résultats de chaque projet ou bêta-test sont en revanche très précis et partagés en ligne ou lors de réunions physiques avec les participants. C’est un véritable moyen d’engager et de rendre les interactions concrètes.

Les équipes projet mettent aussi en avant les perspectives d’évolutions pour les testeurs les plus impliqués, avec notamment le développement ou le renforcement de nouvelles compétences (gestion de projet, acculturation à l’innovation….). Le lien se fait alors tout naturellement avec les ressources humaines et leur rôle clé dans ces initiatives qui bousculent au quotidien les missions des collaborateurs.

Julie Devinant DG Fanvoice

Share

Zoom sur la co-création « miroir »

Quand clients et collaborateurs s’expriment sur les mêmes sujets, dans des espaces différents, on apprend beaucoup plus ! C’est le postulat de base des projets “miroirs” lancés récemment par BNP Paribas et EDF auprès de leurs communautés digitales.

Un protocole « miroir », c’est quoi ? 

Le principe est simple : posez la même question à une communauté interne et à vos clients, dans 2 « silos » distincts pour ne pas mélanger les discussions. Vous y trouverez une symétrie… ou pas, mais vous y trouverez toujours des insights précieux.

Certains clients n’hésitent pas à partager leurs feedbacks sur des plateformes, mais d’autres ne savent pas qu’elles existent, ce qui pose déjà une bonne raison d’ouvrir la conversation à d’autres types de remontées d’informations, comme celles entendues par les collaborateurs au contact des clients, voire le point de vue des collaborateurs eux-mêmes sur le sujet.

Dans cette nouvelle approche de l’écoute client, incluant potentiellement le collaborateur comme client lui-aussi de l’entreprise, relais de la voix du client, ou « client interne » d’un service, les protocoles d’écoute miroir sont de plus en plus utilisés. Ils participent activement à la détection de leviers d’amélioration dans la transformation digitale des entreprises, en permettant d’aligner et de mettre en perspectives des voix différentes sur le même sujet, permettant bien souvent de détecter des attentes communes potentiellement à traiter en priorité.

C’est ce que font notamment BNP Paribas Banque Privée sur sa plateforme digitale « Les Influenceurs » ou EDF sur « EDF Pulse & You ».

EDF co-innove

 

La liste des sujets qui peuvent être abordés en miroir est longue, dans la mesure où la méthode recouvre l’ensemble des discussions autour de la marque, de l’expérience de marque ou encore de ses produits et services :

> Redéfinir une expérience digitale :

Cercle des influenceurs- avis

Collaborateurs-donnez votre avis

 

Le type de questions adressées à la communauté :

  • qu’avez-vous apprécié du site internet ?
  • selon vous, que devons-nous améliorer ?
  • quels sujets aimeriez-vous voir aborder dans les prochains mois ?

Bien évidemment, les questions vont être sensiblement différentes en fonction de la communauté concernée (interne ou externe), mais les verticales de discussions restent les mêmes.

> Redéfinir une expérience de marque :

EDF- votre relation aujourd'hui et demain

les nouveaux marqueurs de l'expérience client

 

Le type de questions adressées à la communauté :

  • comment qualifieriez-vous votre relation avec la marque ?
  • qu’aimeriez-vous faire de différent ?
  • à quels moments avons-nous été particulièrement utiles ?

>  Tester des solutions innovantes :

purificateur d'air innovant

créer le service-purification de l'air

 

Le type de questions adressées à la communauté :

  • que pensez-vous de ce produit ?
  • à quel usage peut-il répondre ?
  • à quel prix l’acheteriez-vous ?

Visuellement, les projets sont distincts et réservés à un public en particulier (les écosystèmes collaborateurs sont souvent « privés » contrairement aux espaces clients généralement ouvert au grand public). Ainsi, les conversations sont étanches et les enseignements plus faciles à confronter.

Qu’attendre d’un protocole d’écoute miroir ? 

Le fait de mettre sur un même niveau (ou presque) le recueil de la voix collaborateur et de la voix client est très bien accueilli dans les entreprises. L’écoute client était en effet hier cantonnée au consommateur final, ce qui laissait peu de place pour les collaborateurs dans l’écriture et la mise en place des stratégies qu’ils allaient ensuite faire vivre ou subir.

La vertu est grande, notamment pour les tests d’interfaces digitales ou d’applications. En effet le retour éclairé des collaborateurs dans la façon de présenter les choses, mais aussi parce qu’ils sont potentiellement des utilisateurs finaux eux-mêmes permet de mettre le tout en perspective. Par ailleurs, d’un point de vue enseignements, plusieurs éléments sont intéressants à prendre en compte.

> La participation des différentes communautés internes ou externes est un indicateur en soi. Une participation très forte côté grand public sur un sujet et très faible côté collaborateur sur le même sujet peut indiquer par exemple la distance des collaborateurs face à ce sujet. Et inviter à faire par exemple de la pédagogie ou à identifier et résoudre des points bloquants.

> Les enseignements ensuite en termes d’attentes ou de frustrations sont utiles et intéressants à faire dialoguer. Par exemple, une remontée asymétrique sur la qualité de la relation client peut être le point de départ facilitant l’acceptation d’un projet de transformation ou d’une nouvelle formation pour certaines équipes.

 

Les écoutes miroir se développent dans les entreprises et permettent aux dirigeants de réconcilier deux mondes hier encore très éloignés et pourtant intimement liés : celui des utilisateurs finaux et celui des collaborateurs de l’entreprise, véritable coeur du réacteur. Quand on sait qu’entretenir une relation de qualité avec ses collaborateurs est au moins aussi important qu’entretenir une relation de qualité avec les clients finaux, ces protocoles semblent simplement une évidence.

Julie Devinant-Favoice

Share