JJB – Membre du mois de décembre

Découvrez aujourd’hui le portrait de JJB, un membre actif dans les projets de Fanvoice et qui partage généreusement ses idées pour créer la ville du futur  . Nous souhaitions, comme d’habitude, en savoir un peu plus sur sa motivation à participer à nos projets et sa perception de la plateforme !

FANVOICE : Comment avez-vous découvert FANVOICE ?

JJB : J’ai découvert la plateforme collaborative FANVOICE indirectement. En fait par le biais de l’une des enseignes qui vous a fait confiance, pour laquelle je suis client et un membre très actif dans le partage des idées. Courant octobre j’ai voulu en savoir un peu plus sur votre start up et j’ai découvert que vous proposiez en direct des thématiques. Celle au sujet « Comment imaginez-vous la ville de demain ? » ne pouvait que m’intéresser car elle concerne notre environnement au quotidien.

Qu’est-ce qui vous a plu dans le concept ?

Ce concept me plait car des entreprises cherchent à recueillir des avis de clients, ou pas du reste, pour a priori améliorer leurs produits, leurs services. Je ne répondrai pas évidemment à chaque étude car je dois me sentir interpelé par le sujet et surtout concerné par celui-ci.

Qu’est-ce qui vous motive à participer et contribuer sur ce site ?

Ma motivation à participer et à contribuer est de laisser s’exprimer des personnes qui n’appartiennent pas nécessairement aux enseignes et qui peuvent apporter des réflexions sans qu’elles soient contraintes par des blocages techniques, des blocages financiers, des blocages politiques et stratégiques. Ces réflexions peuvent être basées sur des attentes, des constats, des manques et apporter une dimension créative ou plus simplement d’amélioration.

Avez-vous une anecdote sur une campagne ?

Je n’ai pas vraiment d’anecdote de campagne car ma contribution est trop récente. Je dirais que ma 1ère participation a été d’essayer de rester en pôle position, ce que j’ai réussi

Avez-vous déjà parlé autour de vous de FANVOICE et pourquoi ?

Je n’ai pas parlé de FANVOICE mais simplement dit que je m’exprimais sur une plateforme collaborative pour émettre des idées sur des sujets divers et variés. Je laisse plutôt revenir vers moi les personnes qui veulent participer. Il ne faut pas forcer la main. J’en parle en connaissance de cause car il y a quelques années j’ai participé pendant plusieurs années à une plateforme de santé pour l’établissement d’une cartographie nationale et mes proches qui selon moi devaient apporter leur contribution n’en ont rien fait.

Share