Archives mensuelles : avril 2020

Découvrez les 3 nouvelles fonctionnalités FANVOICE 2020

Nous sommes ravis de vous annoncer que la solution Fanvoice se dote de 3 nouvelles fonctionnalités d’ores et déjà disponibles sur vos plateformes communautaires. Nous les avons pensées suite aux retours d’expérience de nos clients. Elles permettent d’enrichir l’expérience Utilisateurs et Administrateurs ainsi que maximiser les échanges au sein de vos projets collaboratif.

 

DES NOTIFICATIONS PUSH INSTANTANÉES POUR INFORMER LES UTILISATEURS DES RÉACTIONS SUR LEURS CONTRIBUTIONS

 

Certains d’entres vous l’ont peut-être déjà remarqué, une nouvelle petite icône a fait son apparition ces dernières semaines sur les pages Campagne, dans le menu à côté du bouton S’INSCRIRE…Une petite bulle discrète mais qui se révèle très utile !

A quoi sert-elle ? Et comment fonctionne-t-elle ?

Cette infobulle notifie automatiquement et en temps réel l’utilisateur dès qu’une de ses idées a été commentée ou likée, ou si un de ses commentaires a été liké par la communauté ou un community manager.

Si l’utilisateur est connecté au Lab, et qu’une de ses contributions a généré une réaction, alors un chiffre apparaît sur l’icône et une ou plusieurs notifications s’affichent précisant la nature de ces réactions.

Au clic sur l’une de ces lignes, l’idée concernée apparaît dans un popup permettant de visualiser les nouvelles réactions suscitées.

Voici une nouvelle fonctionnalité qui permet d’optimiser encore plus l’échange intracommunautaire et l’efficacité de l’animation faite par le Community Manager.

 

AFFICHER UNIQUEMENT SES CONTRIBUTIONS PARMI TOUTES LES IDÉES POSTÉES

 

Une campagne d’idéation, de co-conception ou encore de bêta-test peut recueillir des dizaines, des centaines voire des milliers d’idées, commentaires et likes de la part de la communauté. Difficile d’y retrouver ses propres contributions et les réactions associées !

Désormais, les utilisateurs peuvent filtrer l’affichage des idées et commentaires en fonction de leurs propres contributions : leurs idées, leurs commentaires ou bien leurs likes uniquement (que ce soit sur une idée ou bien sur le commentaire d’une idée), en utilisant le menu déroulant du champ « Filtrer ».

Cette nouvelle fonctionnalité est particulièrement intéressante pour les Community Managers des Labs qui pourront dès lors facilement retrouver leurs commentaires et prendre connaissance des réponses de la communauté.

 

CONFIGURER L’ENVOI DES EMAILS DE BIENVENUE SUR CAMPAGNE

 

Il est aujourd’hui possible d’activer ou de désactiver l’envoi des emails de bienvenue, réceptionnés suite à son inscription à une campagne.

Par défaut, à la création d’une nouvelle campagne, l’envoi de cet email est activé. Pour modifier ce paramétrage, allez dans l’onglet « Gestion de campagne » / « Configuration de la campagne » et cochez la case « Activée : Non ». Les envois seront alors bloqués. À tout moment, vous pouvez (ré)activer l’envoi si vous le souhaitez.

Cette fonctionnalité s’inscrit dans un chantier global de « Gestion des emails » sur lequel travaille activement l’ensemble des équipes Fanvoice.

Nous vous donnons rendez-vous très vite dans une prochaine Newsletter pour découvrir la suite de ces évolutions de notre solution FANVOICE. Si vous avez une question, rapprochez-vous de votre directeur de clientèle qui se fera un plaisir de vous répondre !

 

FacebookTwitterGoogle+Partager

Améliorer les objets connectés grâce à l’intelligence collective : les cas SOMFY, EDF et SEB

Pour garantir le succès d’un objet connecté à son lancement, quoi de mieux que le bêta-test grâce à l’intelligence collective ? Demander à plusieurs personnes de tester le produit, de partager leurs retours et pistes d’améliorations, c’est se donner tous les moyens de proposer aux futurs utilisateurs un produit parfaitement en phase avec leurs attentes… Nous vous présentons 3 cas concrets de bêta-test d’objets connectés.

 

Cas n°1 : SOMFY et le bêta-test d’un produit connecté

Au départ un constat :  le processus traditionnel de bêta-test utilisé par la marque présentait des limites. La gestion et le suivi des chantiers tests ne s’avéraient plus assez efficaces, et imposaient de nombreuses contraintes pour le responsable qualité produit. 

Il fallait tout d’abord envoyer un email à l’attention des futurs participants, et attendre leurs retours avec parfois des échanges en one to one. Puis se rendre à domicile pour remettre le produit et attendre les retours des testeurs par email. Tous les feedbacks des testeurs étaient recensés dans des fichiers Excel ou Word, sans interaction entre les différents testeurs. L’analyse ne pouvait être faite qu’en fin de projet, une fois tous les retours rassemblés en un seul et même endroit.

La plateforme My Somfy Lab a émergé comme une solution simple et rapide à mettre en œuvre pour répondre aux principaux enjeux :

  • Faciliter le recrutement des testeurs,
  • Centraliser les retours et les et partager à l’ensemble de la communauté pour favoriser les échanges, 
  • Proposer un questionnaire additionnel, 
  • Analyser les retours en temps réel, 
  • Exporter la base de données.

En utilisant leur plateforme digitale dédiée, l’équipe SOMFY a gagné 30% de temps par rapport à un bêta-test traditionnel.

Comment le bêta-test a-t-il été mené ? Tout d’abord une première campagne de recrutement a été mise en place sur la plateforme. Un sondage en ligne ouvert à tous les collaborateurs permettait l’inscription au bêta-test et l’identification des profils éligibles, qui par la suite étaient recontactés. 

Une fois les testeurs recrutés, une seconde campagne leur était proposée pour partager leurs retours d’usage du produit. Au préalable, une réunion de lancement a permis de présenter le produit dans les grandes lignes, le protocole de test, et de rassembler les testeurs pour donner corps à cette communauté qui allait ensuite se retrouver en ligne pour échanger. 

Plus de détails sur ce bêta-tes, cliquez ici.

 

Cas n°2 : EDF et le bêta-test d’un purificateur d’air innovant

Sur la plateforme de co-innovation EDF Pulse & You, chacun est invité à partager ses idées pour innover aux côtés de la marque. Depuis le lancement, 10 bêta-tests d’objets connectés ont été orchestrés. Décryptage du cas Teqair, purificateur d’air nouvelle génération. 

Suite à un premier appel à idées, 40 testeurs ont été recrutés et ont reçu le produit à tester chez eux. Il leur était demandé de partager de façon régulière leur satisfaction autour du produit et ses services, mais aussi d’apporter un regard critique sur le produit en lui-même, dans son design et ses fonctionnalités

2 254 retours d’expérience et pistes d’améliorations ont été partagés en 3 mois de tests. Aurélien, en charge des partenariats et de l’innovation chez Teqoya témoigne des apports d’un tel protocole. 

“Nous avons appris beaucoup de choses concernant l’emballage. Les Pulseurs (participants ndlr) nous ont challengé sur la lisibilité de ce dernier. Nous avons aussi pu découvrir une autre définition de ce qu’est l’air pur… En effet, les Pulseurs nous ont beaucoup parlé d’odeur et c’est la réduction des odeurs qui a permis souvent de faire la preuve du produit. Cela ouvre de nouvelles perspectives de communication.

Beaucoup de questions ont été posées également autour de la domotique, sur le fait de connecter l’objet. Notre produit dans l’absolu n’a pas besoin d’être connecté mais la question se pose cependant…Nous réfléchissons à un principe de location et aux services qui pourraient être associés au produit et les retours des Pulseurs nous ont beaucoup aidé. Sur la question de la mesure, il s’est avéré important d’avoir quelque chose pour valider l’efficacité du produit. Le comment n’est pas encore défini, mais on commence à envisager des solutions nouvelles.

Le service d’entretien de l’appareil est quelque chose qu’on avait à l’étude et qui a été conforté dans les échanges. Proposer plusieurs couleurs pour l’objet a aussi été abordé.

Nous avons l’habitude d’avoir des retours clients sur les salons, à un moment où on voit l’objet et non l’usage. Les argumentaires de présentation ne sont pas les mêmes… D’où l’intérêt d’un tel projet qui nous permet de nous rapprocher véritablement des utilisateurs finaux sur le long terme. Les échanges sur la plateforme ont tout de même duré 4 mois !”

Le témoignage en intégralité en cliquant ici.

 

Cas n°3 : SEB et le bêta-test d’usage de son robot intelligent 

La marque SEB via Foodle, son “assistant culinaire en ligne” a mis en place un bêta-test d’usage inédit. Pour mieux comprendre les usages et les avis des utilisateurs de l’i-Companion (robot de cuisine intelligent), un projet de plusieurs semaines a vu le jour. 

La mission des participants était la suivante : réaliser au moins 5 recettes avec le robot connecté à partir de l’application de la marque, et répondre à une série de questions ouvertes et fermées. De nombreuses réponses ont été récoltées, et ont permis aux équipes d’entrer virtuellement dans les cuisines des participants pour mieux comprendre leurs usages du robot et les difficultés qui pouvaient être rencontrées. 

Pour garantir une bonne compréhension des usages produit, devancer les difficultés qui pourraient être rencontrées une fois le produit en vente et ainsi, s’assurer de sa performance, SOMFY, EDF et SEB mettent véritablement l’utilisateur au centre de leur démarche d’innovation produit. Alors n’hésitez plus, et bêta-tester vos objets connectés ! 

 

Ce que Décathlon et le détournement de son masque Easybreath disent de l’avenir de la co-création

Souvent, Décathlon est une marque citée en exemple dans le domaine de la co-création. En effet, créer “avec et pour” a toujours été au coeur de son ADN. Le détournement du masque de plongée Easybreath en masque de protection par des équipes de soignants et de chercheurs donne à voir la puissance de la co-création, ce qu’elle offre en flexibilité et en performance. Parce qu’il s’agit bien de co-création. 

 

Une démarche d’innovation en temps de crise

Face à la pénurie de masque de protection en milieu hospitalier notamment, des équipes se sont mobilisées pour trouver rapidement des solutions. Les difficultés d’approvisionnement en masque classique ont boosté certains à penser différemment pour trouver des solutions performantes rapidement. Il s’agit d’une démarche d’innovation en temps de crise. 

Tout semble avoir commencé en Italie où une entreprise basée à Brecia dans le Nord de L’italie, spécialisée dans le développements d’objets innovants écrit sur son site internet avoir été contactée “par un ancien médecin-chef, le Dr Renato Favero, par l’intermédiaire d’un médecin de l’hôpital Chiari, l’établissement de santé pour lequel nous avons fabriqué ces valves d’urgence”. Puisqu’il semblait en effet que l’ajout d’une valve permette de détourner l’usage initial pour l’appliquer à l’urgence sanitaire. Ils ajoutent “Nous avons contacté Décathlon qui nous a tout de suite fourni le dessin du masque. Le produit a été démonté et étudié. Un nouveau composant a ensuite été conçu pour garantir la connexion au ventilateur. Nous l’avons rapidement imprimé en utilisant l’impression 3D”. 

En France, l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard, les ingénieurs de l’UTBM en lien avec l’hôpital de Trévenans ont également travaillé à un prototype de masque de protection issu du masque de plongée. Une même pièce 3D a été ajoutée permettant “par un mécanisme de raccord, d’accueillir des filtres respiratoires spécifiques” , explique l’hôpital dans un communiqué. 

 

Une démarche “ouverte” pour Décathlon qui donne accès à la technologie du masque

La réaction de Décathlon a été immédiate devant l’opportunité offerte par ces découvertes. Dans un premier temps un don de masques a été fait à l’hôpital.  C’est ensuite une communication particulière qui a été mise en place sur leurs réseaux sociaux notamment pour faciliter le partage des informations ainsi que les spécificités techniques du masque. Un thread twitter très complet a été partagé dès le 25 mars et faisait un point de situation ainsi qu’une présentation détaillée du produit. 

 

Une opération de piratage inédite qui s’appelle aussi co-création produit

Pour certain c’est un détournement, pour d’autres un piratage, pour d’autres encore une innovation. Il s’agit bien d’une co-création produit, puisque des personnes se sont appuyé sur un existant produit pour lui ajouter un élément spécifique et créer un nouvel usage. 

Le produit hier proposé dans une optique particulière de plongée ne sera plus jamais considéré de la même façon. Initialement conçu pour “offrir une meilleure expérience pour voir et respirer dans l’eau comme sur terre; grâce à la vision panoramique et la possibilité de respirer par le nez et la bouche, la découverte de l’univers subaquatique est encore plus accessible”, c’est un tout autre discours qui est partagé aujourd’hui sur le site internet de la marque :

 

De l’idée au test du concept puis au bêta-test et à la diffusion : un cas d’école de co-création 

Ce cas présent couvre finalement toutes les étapes de co-création produit, de la phase d’idéation quand une personne a eu l’idée de détourner un usage, à la phase de test du concept quand elle s’est rapproché de la marque pour obtenir des informations jusqu’au bêta-test de la solution quand les valves ad hoc ont été produites, testées, validées et utilisées.

L’intelligence collective et la co-création s’avèrent des leviers pertinents en temps de crise et l’exemple de Décathlon et de son masque Easybreath en est une preuve. Ce qui reste particulièrement impressionnant est le temps de mise en place du nouveau produit, temps extrêmement court, rendu possible grâce à la bienveillance de toutes les parties prenantes qui dans un même élan n’avaient qu’une idée en tête : trouver une solution innovante et fiable rapidement pour protéger mieux et sauver des vies. 

 

Sources :