Archives mensuelles : février 2019

L’intelligence collective au service de la transformation digitale : l’exemple de CACIB

2018 a été une année charnière en termes de transformation digitale pour CACIB, banque d’investissement du Crédit Agricole. Pour Eric Bezançon, responsable innovation, il était indispensable à ce stade de mobiliser les collaborateurs de l’entreprise dans cette démarche d’innovation. C’est ainsi qu’est née la campagne d’idéation “Construisons ensemble le futur de CACIB”.

Intégrer les collaborateurs dans la réflexion de transformation

Pour faciliter la réflexion et le dépôt d’idées, 2 axes sont proposés aux participants. D’un côté l’expérience client et de l’autre l’expérience collaborateur. Selon Eric Bezançon, “ces deux axes sont très liés et il est difficile pour un collaborateur de se projeter dans l’expérience client s’il n’est pas à l’aise avec les pratiques dans l’organisation à laquelle il appartient”.

C’est ainsi que les idées se sont articulées autour des besoins et des attentes clients, pour offrir une expérience différentiante, avec la mise en perspective des façons de travailler chez CACIB, dans un environnement digital challengeant. De la confrontation de ces deux réalités ont pu émerger des solutions concrètes.

Les résultats ont prouvé que les gens sont très intéressés par la transformation digitale, témoigne Eric Bezançon, ils ont un intérêt à voir que leur organisation change et expérimente de nouvelles choses.” La plateforme, ouverte pendant 5 semaines a fédéré 600 personnes sur les 4500 invitées avec des idées parfois surprenantes, parfois très innovantes et parfois pleine de bon sens, qui ont permis de cartographier de façon précise les solutions des collaborateurs. Les idées ont ensuite été accompagnées pour faire en sorte que l’intelligence collective amène des changements structurants dans l’entreprise.

Retrouvez ici le témoignage vidéo d’Eric Bezançon sur son expérience de co-création interne avec Fanvoice.

Solliciter les collaborateurs pour faire avancer l’entreprise : de plus en plus de secteurs concernés

L’exemple de CACIB n’est pas sans rappeler ceux de Crédit Agricole Consumer Finance ou d’Eiffage. Chez CACF, la plateforme “We beta testers” permet aux collaborateurs de différents pays de bêta tester au quotidien des solutions innovantes pour potentiellement s’en inspirer. Retrouvez ici les détails de cette initiative.

Pour Eiffage, la plateforme Startbox est un carrefour d’innovations et de discussions, permettant à tous les collaborateurs du groupe de s’exprimer sur des sujets aussi variés que la sécurité au travail ou le logement de demain. Retrouvez ici les détails sur la plateforme

FacebookTwitterGoogle+Partager

Influence : et si les gilets jaunes avaient fait avancer la co-création ?

Nous y sommes, ça y est. Le mois de janvier 2019 aura marqué un tournant décisif dans le monde du crowdsourcing. C’est précisément le moment où la France entière aura découvert de très près le principe des “plateformes collaboratives”, autour du mouvement des gilets jaunes. Une plateforme mise en place par l’Etat pour écouter les doléances de la foule, une autre montée par la foule elle-même en un temps très court pour éviter la censure. Le système établi a été “hacké” en 1 mois, sous un vent de colère, certes, mais le fait est que le français le moins technophile a maintenant compris qu’il peut exprimer son avis sur Internet, dans un site ouvert sur une période donnée, sur un thème précis, avec “quelqu’un de concerné au bout du fil”… Mettons la politique de côté, et concentrons-nous sur l’usage.

Sans le savoir, nous sommes passés en quelques semaines d’une situation d’“acculturation progressive au crowdsourcing” par les marques auprès de leurs publics, à une situation de “crowdsourcing mainstream massivement compris par la foule”. Nous ne sommes plus en situation d’évangélisation de la démarche, elle fait désormais partie du paysage quotidien des français.

On participe ou pas, on croit à la sincérité de l’organisateur ou pas, mais on sait qu’on a plus de chances de faire avancer les choses en s’exprimant.

Si l’Etat peine encore à recadrer les débats et découvre la difficile tâche de tri des feedbacks “à la main”, les citoyens, eux, ont compris qu’ils pouvaient facilement s’exprimer sur internet autour d’un projet collectif, thématiser leurs feedbacks, proposer des idées, voter… Cette acculturation massive subite ne peut qu’aller dans le sens du collectif et de la co-création. C’est un fait.

Les gilets jaunes vont-ils pour autant se lancer corps et âme dans les campagnes de co-création des marques à partir d’aujourd’hui ? Bien sûr que non, et ce n’est pas la question, mais l’effort de communication pour faire comprendre la démarche de co-création pourrait s’avérer plus simple qu’”avant”.

Et les marques dans tout ça ?

Les marques aussi sont plus matures. Les clients FANVOICE, de leur côté, se sont bien approprié les principes de la consultation ouverte auprès de leurs cibles. Clients, fans, collaborateurs, plus d’1 million de personnes ont été sollicitées sur des campagnes “powered by FANVOICE” en 2018.

Après une période d’accompagnement de proximité, la moitié des marques utilisant la technologie FANVOICE conçoivent à présent leurs campagnes en toute autonomie, en respectant la méthodologie et les bonnes pratiques scrupuleusement enseignées par notre team conseil.

L’analyse sémantique est aujourd’hui utilisée sur 1 campagne d’idéation sur 2 pour décrypter les attentes communes de la foule et lire entre les lignes. Plus nous avançons avec les marques, plus nous voyons qu’elles ont envie d’aller encore plus loin dans le décryptage. Les marques ne se contentent pas de récolter quelques idées innovantes. Elles veulent identifier les attentes communes de la foule, déduites de solutions exprimées, pour y répondre le mieux possible et le plus vite possible à leur manière. Les idées deviennent des insights, les insights deviennent des projets, les projets deviennent des campagnes collaboratives. Le cercle vertueux devient un fait, plus seulement une “bonne pratique”.

La barrière technologique n’est plus un prétexte dans le recrutement de participants, la co-création vient de voir disparaître une barrière, nous en sommes convaincus. Il s’agit à présent de trouver les bons thèmes de discussions et de “faire savoir”.

En tous cas, une fois encore, mettons la politique à part, les citoyens veulent s’exprimer et partager leurs idées. Les citoyens sont aussi des consommateurs, et une étude OPINION WAY menée en été 2018 a révélé que 63% des français étaient près à participer à une consultation pour aider leurs marques préférées à améliorer leur produits et services. De leur côté les marques veulent dé-risquer leurs projets d’innovation produit et améliorer l’expérience client… “It’s a match”.

Découvrez RÉMI, membre du mois

Découvrons aujourd’hui Rémi, membre du mois mis à l’honneur sur FANVOICE. Suite à ses nombreuses et percutantes idées, nous souhaitions en savoir un peu plus sur sa motivation à participer à notre projet et sa perception de la plateforme.

Comment avez-vous découvert FANVOICE ?

J’ai découvert Fanvoice lors d’une banale recherche sur Google de site d’avis de consommateurs et clients mystère.

Qu’est-ce qui vous a plus dans le concept ?

Ce qui me plaît le plus sur Fanvoice c’est cette possibilité, cette chance de pouvoir partager nos idées, nos opinions sur des sujets divers et variés, des marques, produits, technologies, etc. Tout cela, au travers d’une communauté réactive et représentative.

Qu’est ce qui vous motive à participer et contribuer sur ce site ?

Ce qui motive le plus ma participation sur ce site, c’est le fait de savoir que mes idées, avis et propositions sont lues, appréciées ou non par la communauté Fanvoice mais surtout, vont permettre de faire réagir un maximum de monde et peut-être faire évoluer et avancer notre quotidien.

Avez-vous déjà parler autour de vous de FANVOICE et pourquoi ?

Oui, ce concept m’a tellement plu que bien évidemment, j’en ai fait la promotion dans mon entourage proche mais également au travail et à mes amis, etc.

Avez vous une anecdote sur une campagne ?

Une petite anecdote pour terminer, sur le thème de MAIS QU’EST-CE QU’ON VA MANGER DEMAIN!?, c’est là où votre imagination commence à bouillonner et où les propositions fleurissent toutes plus farfelues les unes que les autres… avec quelques idées qui font froid dans le dos !

Merci pour ces réponses Rémi et à bientôt sur Fanvoice !

 

 

 

 

 

 

 

 

Co-création : programme des conférences 2019

FANVOICE a démarré l’année sur les chapeaux de roues. De nouveaux cas d’usage de notre plateforme d’intelligence collective en marque blanche, de nouveaux modules, de nouveaux protocoles d’études… Nos experts vous présentent leurs retours d’expériences pendant des conférences thématiques tous les mois.

Vous avez un projet de communauté de client, ou vous souhaitez donner un coup de boost à votre communauté de collaborateurs ? Voici les événements sur lesquels vous pouvez nous rencontrer en 2019 et échanger avec nos experts… voire même nos clients !

JANVIER

– 25/01 : Conférence “Intrapreunariat et co-création” avec Paris&Co Immobilier de demain

– 31/01 : MaddyKeynote : conférence « CONSOMMATEURS, TOUS IMPLIQUÉS EN 2084 ? » avec BUTAGAZ et TANK YOU

FÉVRIER

– 05/02 : Conférence “Activer l’open innovation : de l’idéation à l’industrialisation…” avec COVEA, le cabinet de conseil AYMING et le Pôle FINANCE INNOVATION

– 07/02 : Rencontre startup – grands groupes : “L’IA et la relation client dans le secteur de l’énergie…” chez WAVESTONE, avec EDF

– 14/02 : Techinnov : RDV one to one avec FANVOICE

MARS

– 07/03 : FANVOICE Academy “Transformer les idées des clients en projets concrets”, avec PHILIPS

– 21/03 : Le Hacking de l’Hôtel de Ville à Paris : RDV one to one avec FANVOICE

AVRIL

– 10/04 : FANVOICE vous retrouve au SIDO, l’événement fondateur de la filière IoT, IA & Robotique !

– 17/04 : Keynote 2019 (nouveaux outils, nouvelles offres). Réservé aux clients.

– 23/04 : FANVOICE ACADEMY : Retour d’expérience “Et si co-créer un produit de bout en bout avec les consommateurs devenait mainstream ? »

Pour ne rater aucun prochain événement, inscrivez-vous à notre newsletter de veille BtoB, et suivez-nous sur notre page LINKEDIN ou TWITTER.

Trois exemples de co-création dans l’univers du retail

En termes de co-création, l’univers de la distribution, grande ou petite, n’est pas en reste ! De la co-création de produit à la co-création d’un magasin, plusieurs marques ont dernièrement fait appel à la foule ou à leurs clients dans le cadre de nouveaux lancements. Ces exemples concrets permettent de bien comprendre en quoi on ne peut plus se passer de la voix des consommateurs aujourd’hui.

 

IKEA : une campagne d’idéation pour imaginer le magasin parisien

Le 6 mai prochain ouvre le premier IKEA parisien au 23 boulevard de La Madeleine. Mais ce n’est pas un magasin tout à fait comme les autres… En effet, pour qu’il réponde parfaitement aux attentes des futurs visiteurs et acheteurs un appel à idées a été mis en place. Celui-ci, articulé autour de 4 points spécifiques (ce qu’on veut y trouver, ce qui rendra une visite inoubliable, la simplification des achats et la thématique du durable) a été un franc succès et a permis à la marque d’identifier des facteurs clé de succès pour optimiser cet espace contraignant (5 fois plus petit en surface que les autres magasins de l’enseigne). Grâce à la plateforme de co-création, la marque a recueilli des milliers d’idées qui lui ont permis de mieux cerner les attentes du futur public.

Ainsi, les visiteurs pourront découvrir des propositions d’aménagement adaptées aux contraintes des petits apparts parisiens, participer à des ateliers ou des évènements ou encore tester des produits inédits conçus dans une démarche durable.

Carrefour : une première série de produits co-créés avec ses clients

Si l’on peut lire “Inspiré par vous” sur l’emballage du fromage à raclette aux oignons de la marque Carrefour, c’est parce ce produit a bel et bien été imaginé et validé par les clients de l’enseigne.

Via la plateforme Mon avis le rend gratuit, la marque a en effet pu solliciter une communauté de consommateurs pour développer cette déclinaison produit. Les consommateurs ont été invités à participer à chaque étape du processus de création du produit jusqu’à sa commercialisation (de la création de la recette au choix de l’emballage). Dans les prochains mois, d’autres produits notamment des gammes EcoPlanet et Carrefour Veggie seront mis en rayon sur le même principe.

Il est d’usage d’entendre que créer de nouveaux produits sur la base des attentes consommateurs est trop difficile pour la grande distribution, souvent contrainte par des réalités de chaîne de production, mais Carrefour nous démontre qu’avec la bonne méthode, les bons outils et une dose d’envie, rien n’est impossible.”

Adidas:  un concours pour co-créer une chaussure

Les Glitch, chaussures de football révolutionnaires imaginées par Adidas sont disponibles en France depuis octobre 2017. Composé d’un chausson intérieur en techfit et de coques interchangeables en synthétique ou en cuir, c’est surtout un concept exclusif que propose la marque puisque les fameuses chaussures ne sont pas commercialisées chez les distributeurs classiques mais uniquement disponibles sur l’application éponyme.

Adidas est allé un cran plus loin dans l’exceptionnel en mettant en place une opération spéciale autour de ce best seller en proposant un concours de co-création pour imaginer le prochain skin. Le gagnant et son modèle ont été révélés il y a peu (https://www.soccerbible.com/performance/football-boots/2019/02/adidas-reveal-winner-of-the-glitch-co-creation-competition/). Plusieurs modèles avaient été short listés et soumis aux votes de la communauté pour qu’une unique proposition soit retenue. Preuve une nouvelle fois qu’il est possible de casser les codes, de proposer des expériences shopping inédites en mettant au coeur la co-création et ses vertus fédératrices.

Conclusion : la co-création dans tous les rayons ?

Que ce soit pour imaginer un magasin en entier, pour conceptualiser un produit ou pour designer un modèle, la co-création permet d’aller toujours plus loin dans la prise en compte des attentes consommateurs. La personnalisation des points de vente et de l’expérience shopping est en effet un enjeu concret pour la distribution qui ne peut définitivement plus se passer des “avis” consommateurs.

Retrouvez également ici les initiatives de But ou de Decathlon.