Monthly Archives: December 2014

Crowdsourcing & politique : une fenêtre ouverte sur l’avenir de la démocratie participative

De nombreux dirigeants sont en recherche constante de nouvelles idées ! N’y a-t-il pas alors de meilleure solution que d’engager citoyens, consommateurs et employés dans ce processus de recherche ? De toute évidence, le crowdsourcing semble être LA solution opportune en tant que source inépuisable d’idées novatrices.

crowd voting crowdsourcing politique vote citoyens démocratie participative

Inspiré du monde commercial, ce recours à l’avis de la foule devient une démarche de plus en plus populaire. Sollicitée au départ afin de créer le design de produits, d’inventer le logo d’une marque ou bien même de résoudre des énigmes scientifiques complexes, la génération d’idées par le public s’attaque désormais à un autre secteur,  celui de la politique.

Dans la sphère gouvernementale, le crowdsourcing est une approche qui nécessite l’utilisation d’outils en ligne pour résoudre un problème avec l’aide des citoyens, qui, volontairement prêtent main-forte au gouvernement afin de proposer leurs propres idées ou suggestions d’amélioration. Les possibilités semblent infinies, avec des millions de cerveaux humains qui réfléchissent ensemble, on risque d’assister à une réelle évolution de la représentation politique !

En France, la révolution numérique n’en est qu’à ses balbutiements, mais jetons plutôt un œil aux différents pays qui se sont déjà prêtés au jeu :

OBAMA UN PRÉCURSEUR EN LA MATIÉRE

ObamaInternet

WE THE PEOPLE : En 2011, la Maison Blanche a lancé un projet en ligne, appelé « WE THE PEOPLE », qui permet aux Américains de rédiger des pétitions digitales sur divers sujets. Le président Obama a fait la promesse d’étudier toute pétition qui obtiendrait 5000 signatures moins de 30 jours après avoir été postée. Le gouvernement ne s’attendait pas à ce que le site rencontre autant de succès ; en deux semaines, ce sont près de 35,000 personnes qui ont signé une pétition afin que le gouvernement entame la construction d’une réplique de l’Etoile de la mort de Star Wars !! L’administration a évidemment répondu par un « Absolument pas », et a, depuis, augmenté le seuil minimal de signatures à 100,000. Depuis, d’autres pétitions bien plus réalistes comme celle concernant la violence due aux armes à feu ont obtenu des réponses plus sérieuses de la part d’Obama.

We the people - crowdsourced petition

DEAR MR PRESIDENT : La radio nationale publique américaine (NPR) a lancé son propre réseau « Dear Mr President ». La plateforme de crowdsourcing permettait aux utilisateurs de partager leurs avis et idées avec le président avant sa soirée d’inauguration en Janvier 2013. Les lecteurs ont contribué à l’aide de photos d’eux-mêmes portant des bannières avec les mots dont ils aimeraient que le président se souvienne durant son second mandat. Bannir les armes d’assaut, légaliser le mariage gay et se soucier du changement climatique étaient les sujets les plus plébiscités par la foule. Pas besoin d’avoir voté pour Obama pour adresser ses missives au président.

DANS LE MONDE

Dans les autres pays, on remarque même que les hommes ont utilisé naturellement internet et les réseaux sociaux comme lieux d’échange et d’organisation pour changer leur gouvernement. Durant le printemps arabe par exemple, les activistes utilisaient Twitter et Facebook pour établir des plans de protestation, répandre des messages révolutionnaires et éventuellement renverser des régimes en Egypte, au Yémen et en Libye. L’activisme en ligne se démocratise dans le monde entier.

twitter-revolution

En 2011, l’Islande a même choisi le crowdsourcing comme solution logique à la rédaction de sa nouvelle Constitution. Par le biais de Facebook et Twitter, le gouvernement demandait aux utilisateurs de soumettre leurs idées.

crowsourced constitution iceland

En Finlande, une plateforme de crowdsourcing appelée « Open Ministry » a permis aux politiciens du pays en 2012 de rédiger de nouvelles lois.

Ces démarches montrent à quel point les médias sociaux ont changé la manière dont on peut d’adresser aux politiciens et à nos concitoyens. De nouveaux moyens nous permettent de communiquer ; la technologie pourrait bien faire de la démocratie directe une réalité d’ici peu de temps !

Crowdsourcing + Music = Hatsune Miku, la popstar japonaise qui ne vieillit jamais !

Miku-hatsune-crowdsourcing music japon

Avez-vous entendu parler du nouveau phénomène pop international ? Hatsune Miku, c’est son nom, a 16 ans et mesure 1,58m pour 42 kilos. Elle travaille déjà avec les plus grands : Sega, Toyota et Google se l’arrachent, Lady Gaga lui a consacré la première partie de l’un de ses concerts, Pharell Williams a collaboré sur l’une de ses chansons et elle a été invitée en octobre dernier sur le plateau du très célèbre David Letterman aux USA. Très connue dans son pays d’origine, le Japon, elle possède déjà plus de 2,6 millions de fans sur Facebook, mais fait étonnant, cette jeune fille n’est en fait.. qu’un AVATAR digital !

Créée par la firme japonaise « Crypton Future Media », Hatsune est capable d’interpréter toutes sortes de chansons sans aucune fausse note, ceci grâce à la technologie du logiciel « Yamaha Vocaloid ». La société utilise en fait un mix de plusieurs voix d’acteurs et les intègre dans le logiciel qui lui donne ensuite tout son caractère et ses nuances.

vocaloid yamaha

Et sûrement un des aspects les plus intéressants : toutes les chansons qu’elle interprète sont créées par ses propres fans ; à l’heure actuelle, plus de 200.000 chansons ont déjà été écrites et partagées. Hatsune Miku est une cyber célébrité collaborative, créée par une communauté qui s’étend dans le monde entier. Pur produit du crowdsourcing, la culture qui s’articule autour de ce personnage atypique encourage une réelle communauté créative avec des contributeurs venant de tous les pays.

Sa musique et son image sont devenues si populaires qu’elle se prépare maintenant pour une tournée à guichets fermés à travers le monde entier (Los Angeles, Taipei, Hong Kong, Singapour, Tokyo). Lors de ces concerts 3D, des milliers de fans hurlent les paroles de ses chansons et agitent des bâtons lumineux comme si elle était une vraie pop star !

Les géants de l’alimentaire et le crowdsourcing : Haribo, Lay’s et Coca votent pour !

Nous en parlons toutes les semaines sur ce blog : les règles du marketing ont évolué et la parole est maintenant donnée aux clients à travers des démarches de crowdsourcing et plus particulièrement de crowdstorming et de co-création. Les grandes marques tendent à devenir de plus en plus ouvertes, collaboratives et agiles. L’open Innovation s’ouvre à tous, et les entreprises de différents secteurs n’hésitent plus à faire appel au grand public pour innover, l’utilisation des seules idées internes n’étant plus adaptée à un marché où le consommateur veut être impliqué dans le processus de création d’un produit. Après tout, a priori, personne ne comprend mieux les consommateurs que les consommateurs eux-mêmes, les meilleures idées ne viennent donc pas forcément des professionnels du marketing.

Le crowdsourcing consiste à faire appel à l’intelligence collective pour identifier les idées les plus en phase avec les attentes de la foule et mieux inventer ensemble. Depuis quelques années, les entreprises ont intégré cette nouvelle tendance dans leurs stratégies et travaillent en collaboration avec des associations, centres de recherches, des groupes de citoyens et parfois même leurs concurrents pour inventer autrement.

De nombreux outils ont été créés pour faciliter les échanges ; en plus des réseaux sociaux, les marques utilisent désormais des plateformes collaboratives qui permettent de partager des idées et de les améliorer ensemble en temps réel. Réel gain de temps et d’argent, le crowdsourcing permet également d’obtenir des échantillons de clientèle bien supérieurs à ceux qui peuvent être observés lors des études classiques menées avant par les marques.

De la conception d’un produit à sa fabrication, en passant même par la publicité, jusqu’à la commercialisation, voire l’amélioration de ce dernier, le consommateur a un avis à donner qui parfois peut s’avérer très utile pour les marques !

Quelques exemples réussis de grandes marques qui ont utilisé le crowdsourcing :

Starbucks Coffee

Il y a 5 ans, la marque STARBUCKS COFFEE a intégré la démarche de co-création dans sa stratégie marketing en lançant le site “My Starbucks Idea”. Les retombées ont été colossales pour la marque puisqu’en 5 ans c’est plus de 150 000 idées qui ont été postées par les clients, 2 000 000 votes, des millions de visites et des sondages permanents. Je vous laisse imaginer le trafic généré sur le site avec cette excellente campagne d’UGC (User Generated Content).

L’opération fut un réel succès commercial avec 277 idées déployées dans les réseaux de la marque ; de nouveaux produits devenus très populaires ont vu le jour comme le café Frappucino Coconut… De nouveaux services ont également été mis en place (paiement via mobile, carte de paiement Starbuck), développement de l’éco-innovation avec la création de gobelets recyclables, etc.

My Starbucks ideas Crowdsourcing

Dragibus 

En 2013, les créateurs de la célèbre marque de bonbons Haribo ont fait appel aux consommateurs afin de découvrir quel était le Dragibus qu’ils appréciaient le moins. La campagne interactive appelée DragibusShow consistait en une sorte de télé-réalité, dans laquelle les différentes couleurs se défendaient de l’élimination, le but étant d’être sauvé par le public afin de pouvoir rester dans le paquet de Dragibus. Des milliers de contributeurs ont participé à l’opération et c’est finalement le Dragibus orange qui a disparu des paquets !

Forte de cette première bonne expérience, Haribo a ensuite créé sur sa page Facebook Le laboratoire Dragibus, invitant les fans à inventer le nouveau parfum en postant leurs idées. De cette campagne de lancement marketing est issu le nouveau Dragibus bicolore.

Dragibus show vote crowdsourcing

Lay’s 

Pour la deuxième année consécutive, la marque Lay’s lance son concours intitulé « Do Us a Flavor ». Elle invite les utilisateurs à créer leurs propres parfums de chips, puis à voter pour leur favori. Le gagnant de la saveur la plus plébiscitée a non seulement le privilège de voir son produit commercialisé mais reçoit aussi la coquette somme d’1 million de dollars ! (Seriously ???)

A la fois originales et bizarres, les propositions des fans ont créé le buzz autour de la campagne, qui a connu un grand succès grâce aux nombreuses parodies imaginées.

Lay's dousaflavor parody

Le concours a été largement relayé sur les réseaux sociaux, puisqu’il est nécessaire de se connecter à Facebook pour soumettre une création, puis à Twitter, Vine ou Instagram pour obtenir des votes. Toute la campagne a été conçue dans le but d’impliquer le plus possible les fans de la marque afin de créer le buzz autour des chips Lay’s. C’est une opération marketing brillamment menée pour la filiale du groupe PepsiCo qui a cumulé plusieurs millions de visites en seulement quelques mois. Plus de 14 millions de propositions ont été déposées – soit un nombre trois fois supérieur au concours précédent. Les fans apparaissent désireux de partager leurs idées et de participer au lancement d’un nouveau produit sur le marché.

Lay's dousaflavor crowdsourcing

Coca-Cola 

Coca-Cola a lancé cette année et pour la seconde fois, une campagne marketing télévisée durant le Super Bowl. En plus du traditionnel spot télévisé diffusé pendant le célèbre événement sportif américain, la compagnie de soda a aussi mené une campagne en ligne : « Coke Chase », dans laquelle trois équipes – des Cowboys, des danseuses de revues de Vegas, et des personnages de Mad Max – étaient en compétition pour une course dans le désert afin de gagner une bouteille de Coca géante. Les fans sont invités à voter en ligne pour leur équipe favorite ou pour « saboter «  une équipe adverse en semant d’embuches leur chemin. Les actions des fans à travers les différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Tumblr, YouTube et Instagram) déterminent quelle sera l’issue du scénario de ce sport publicitaire. Et c’est justement la stratégie de Coca-Cola, renforcer l’engagement de ses fans à travers leur implication.

Coke chase campaign

Durant la campagne, plus de 1,3 million de personnes ont visité le site CokeChase.com. Coca Cola a reçu presque 1 million de votes pour la campagne et 7,3 millions de « sabotages » ont été imaginés. Quant au spot publicitaire de 60 secondes mettant en scène l’équipe gagnante, soit les danseuses de revues du Vegas Show, il a été visionné plus de 2,5 millions de fois.

VegasShowgirls CokeChase

Comme vous le voyez, on assiste à l’émergence d’une utilisation de plus en plus courante du crowdsourcing. Les grandes marques commencent à comprendre les nouveaux enjeux du participatif et n’hésitent plus à solliciter leurs fans. La promesse de ces nouvelles méthodes de partage d’idées et de co-création est d’améliorer notre quotidien grâce à l’intelligence collective. Est-ce que ça marche ? Oui. A voir l’engouement de la foule pour ses campagnes, on peut en déduire que l’intérêt est là, ne serait-ce que dans une démarche de divertissement. Le recours aux idées, avis, informations et analyses issues du crowdsourcing, apparaît comme une solution innovante et surtout UTILE ! Et une campagne de communication UTILE, c’est du pain béni pour les marques. C’est notre avis, mais aussi celui de nos clients…

Le crowdstorming est devenu un levier de choix pour générer de nouvelles idées et identifier des solutions aux grandes questions des marques. L’innovation ouverte présente de merveilleuses perspectives pour les entreprises souhaitant dépasser leurs blocages et simplifier les relations avec leurs consommateurs. Finalement, en acceptant que les clients reprennent (un peu) le contrôle, les marques s’aident elles-mêmes. Tout le monde y gagne !

Un Cabernet Sauvignon produit grâce au pouvoir du crowdsourcing

Crowdsourced CabernetVous avez toujours rêvé de produire du vin, mais vous n’en avez pas les moyens ou vous ne voulez pas vous salir les mains ? Ce vignoble en ligne mis sur le crowdsourcing, rien que pour vous !

Columbia Crest’s, l’une des plus grandes et des plus célèbres caves à vin de l’Etat de Washington aux Etats-Unis, va utiliser le crowdsourcing durant les 18 prochains mois afin de produire 1000 caisses de bouteilles de Cabernet Sauvignon entièrement co-crées (et à consommer avec modération).

Le nouveau site interactif créé pour l’occasion – http://www.crowdsourcedcabernet.com/ – permet à n’importe qui de se joindre au processus de production de vin. Les internautes déterminent par le biais de votes hebdomadaires comment les vignes doivent être entretenues, irriguées, récoltées et mélangées. Les participants ont accès à des analyses météorologiques, des données saison après saison, et ils peuvent même observer les vignes et l’avancement de la production jour après jour, en direct via trois webcams !

Meteo analysis crowdsourced wineJuan Muñoz-Oca est le vigneron en chef ; lui et son équipe devront tout au long du processus suivre les indications des utilisateurs pour produire cette cuvée 2014 de Cabernet Sauvignon. Ils poseront à leurs fans toutes les questions d’ordre technique auxquelles ils ont l’habitude de répondre en interne. Et d’après M. Muñoz-Oca, « Tout ce que nous indiquera la foule, nous nous engageons à le faire. »

Crowdsourcing website Columbia Crest

L’équipe de vignerons de Columbia Crest, très pédagogue, fournit à ses internautes de précieuses informations et de nombreux conseils à chaque étape du processus afin de guider les amateurs vers les meilleures réponses possibles. Utile pour les débutants !

Le Cabernet Sauvignon de Columbia Crest est reconnu comme un excellent vin, puisque, d’après le magazine Wine Spectator en 2009, le millésime 2005 a été classé N°1 mondial ! Et ce sont ces mêmes vignes qui seront utilisées pour cette nouvelle cuvée crowdsourcée. M. Munoz-Oca s’attend donc à présenter ce nouveau vin aux critiques, et même si ce dernier s’avère un échec en raison du manque de connaissance de la communauté, il en assumera l’entière responsabilité : “Si la cuvée obtient de mauvaises critiques, ce sera ma faute”, dit-il. “Mais si elle en obtient de bonnes, ce sera la réussite de tous”.

Juan Muñoz-Oca winemaker

La réputation de Columbia Crest en termes de production de vin est internationalement reconnue, et c’est avec brio que la société expérimente maintenant le crowdsourcing. « Avec ce nouveau Cabernet Sauvignon, nous mettons au défi les amateurs de vins à travers le monde entier de créer leur propre vin tout en respectant l’esprit de Columbia Crest », dit Martin Johnson, le directeur de marketing de Columbia Crest. « Jamais encore l’art et l’habileté de la vinification n’avaient été introduits dans le monde numérique d’une telle façon, et nous sommes impatients de voir ce que nos fans les plus fidèles vont créer ».

Séduits par le concept ? N’hésitez plus et aller faire un tour sur leur site, d’autant plus que les bouteilles seront vendues en priorité aux membre de la communauté Columbia Crest ayant participé au projet !

become a crowdsourced winemaker

Les marques françaises au coeur de l’open innovation

De plus en plus de sites de type « plateforme collaborative » ont vu le jour récemment. Plébiscités par un nombre important d’entreprises, ils s’avèrent une vraie mine d’or ! Il s’agit pour les marques de puiser dans l’imagination collective à la source en multipliant les projets de crowdsourcing. Ces plateformes sont généralement appréciées par les consommateurs, qui prennent plaisir à échanger et participer au processus de développement d’un nouveau produit.

Plus qu’un énorme réservoir d’idées plutôt rentable pour les entreprises, le crowdsourcing permet surtout de « créer du lien » ! Grâce à ces nouvelles initiatives, il est désormais possible d’échanger, d’informer et de passionner diverses communautés en leur faisant prendre part au développement d’idées. Véritable stratégie digitale, l’open innovation, bien qu’encore peu fréquente en France, apparaît comme un véritable pouvoir de fidélisation de la clientèle.

Certaines marques ont déjà pris une longueur d’avance dans le domaine. Etudions de près 3 exemples de grandes sociétés françaises ayant adopté ce nouveau concept :

Leroy Merlin

En 2008, l’enseigne de bricolage a modifié sa stratégie communautaire, souhaitant améliorer l’expérience digitale de ses clients. De cette nouvelle ambition est né le site « Selon vous », une nouvelle plateforme collaborative dédiée au bricolage. Ce module communautaire permet de créer des liens de proximité avec les consommateurs qui peuvent partager leurs idées et leurs passions. Il est organisé en trois catégories :

crowdsourcing_leroy_merlin_brand_content

– Entre vous : un forum d’entraide de bricolage

– Made In Vous : les consommateurs proposent des idées pour co-créer le Leroy Merlin de demain

– Défiez-vous : un espace de jeux concours fréquents organisés par la marque qui permet aux utilisateurs de proposer leurs créations, soumises ensuite au vote de la communauté. Le gagnant verra même sa création commercialisée en magasin.

Les efforts déployés par marque afin de se recentrer sur sa clientèle ont été payants, puisque, selon NetObserver, en 2012 leroymerlin.fr est élu Site préféré des français, et devient le 13ème site e-commerce en France. Avec l’aide de cette nouvelle plateforme d’échange collaborative, le CA est multiplié par 3 en moins de 18 mois et le trafic par 2 en 12 mois.

Décathlon

Lancée en avril 2014, Open Oxylane est une plateforme d’innovation communautaire et sociale qui fonctionne à l’aide du crowdsourcing.

openoxylane-ideabox

Lancée dans 5 pays (France, Esagne, Italie, Belgique, Brésil), l’enseigne sportive Décathlon a ouvert cette plateforme dans le but de permettre à ses clients de soumettre des idées de produits innovants et d’en débattre avec la communauté. De l’idée de création du produit en passant par la définition d’un prix, l’imagination de son emballage ainsi que la diffusion publicitaire, tout sera soumis aux votes des utilisateurs de la communauté. Le but est de co-créer des objets à vocation sportive qui permettent d’améliorer l’expérience des sportifs comme l’illustre ci-dessous la vidéo de présentation de la plateforme :

OPEN-OXYLANE-BLACK-

http://youtu.be/noDxrNOId-M

Un système de vote est mis en place pour élire les projets les plus intéressants. Les solutions les plus populaires seront transmises directement aux marques Décathlon (Kalenji, Quechua, Kipsta) ; Oxylane décide ensuite si les idées proposées et plébiscitées par la foule sont rentables. Le cas échéant, elles seront réalisées puis commercialisées dans les boutiques Décathlon. Une méthode de rétribution des inventeurs a aussi été prévue. Puisque toute contribution permettant à un projet d’avancer est récompensée par un certain nombre de points, ces points pourront ensuite être transformés en euros (100 points = 1€). De quoi motiver les participants !

En intégrant totalement les besoins des consommateurs dans la conception de nouveaux produits, cette initiative permet de satisfaire clients et sportifs, et de créer un dialogue privilégié avec ces derniers.

Orange

En septembre 2014, Orange présente sa plateforme de crowdsourcing d’idées appelée « Imagine with Orange » ; le but est d’y associer les consommateurs du monde entier, afin qu’ensemble ils puissent participer à la démarche d’innovation enclenchée par la marque.

Crowdsourcing imagine orange

Tous les trimestres, un thème est proposé par Orange sur la plateforme Imagine : Shopping, famille, smart city… les utilisateurs sont invités à y partager leurs idées afin qu’elles deviennent peut-être réalité. Connectées avec le monde entier, les idées ont une visibilité internationale et des centaines de personnes peuvent les découvrir, les commenter et voter pour qu’elles se réalisent.

5 fois par an, les porteurs d’idées les plus appréciés seront ensuite invités à participer à Paris à un atelier de travail avec des experts innovations d’Orange.

A l’occasion du show « Hello », Orange a lancé le « Datavenue challenge » sur le thème des objets connectés. Le 7 décembre, les gagnants ont été annoncés, et la campagne de création a été un véritable succès ! Plus de 320 idées partagées en 6 semaines, 5 ont reçu le prix du meilleur concept avec à la clé 5000€ de dotation et un grand prix Orange a été décerné dont le montant s’élevait à 10000€. Santé, maison, sécurité et divertissement, tels ont été les thèmes de prédilection des gagnants.

Ce concours d’appel à idées démontre la puissance et l’engouement du public pour le participatif, qui semble avoir un bel avenir devant lui.

L’écosytème digital de FANVOICE s’enrichit…

Chers marketeurs, chers fans de co-création,
Nous avons le plaisir de vous annoncer que notre écosystème digital ne cesse d’évoluer. Vous connaissiez déjà notre site www.fanvoice.com, vous suivez probablement déjà notre flux TWITTER qui commente régulièrement l’actualité du crowdsourcing, mais avez-vous déjà fait un tour sur notre page PINTEREST ? Nous y postons les infographies les plus sympas sur nos sujets de prédilection : le crowdsourcing en général, la co-création, l’innovation participative

A bientôt !